Professions réglementées : Macron admet s'être «trompé»

le
1
Professions réglementées : Macron admet s'être «trompé»
Professions réglementées : Macron admet s'être «trompé»

Emmanuel Macron recule. Le ministre de l'Economie a reconnu lundi s'être «trompé» dans le volet sur les professions réglementées de son projet de loi. En conséquence, il accepte de modifier le dispositif d'encadrement de leurs tarifs.

Il plaidait initialement pour une part de tarifs variables pour les notaires, huissiers et mandataires judiciaires notamment afin de «permettre à de jeunes professionnels de s'installer» et de faire jouer la concurrence. «Mais je n'avais pas vu l'effet pervers que cette mesure pouvait avoir (...) les rapporteurs ont fait pression pour aller plus en loin en commission spéciale pour améliorer le système, j'ai résisté et ma résistance a conduit à créer un système compliqué», a ajouté le ministre dans une longue intervention.

Sur le corridor tarifaire, «je proposerai d'y revenir parce que c'est un élément de complexité», a-t-il dit. En revanche, ce projet de loi va permettre «la transparence sur les tarifs et sur la remise, qui existe aujourd'hui en pratique sur des tarifs opaques», a expliqué Emmanuel Macron. Un amendement en ce sens doit être présenté dans la soirée à l'Assemblée, qui examine le projet de loi «pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques».

Menacé de mort

Par ailleurs, Emmanuel Macron dit avoir reçu des menaces de mort de la part d'«officiers publics ministériels» (notaires, avocats, huissiers...), en colère contre son projet de loi sur les professions réglementées. Le ministre de l'Economie a ajouté avoir porté plainte. Il reproche à certains représentants des professions réglementées du droit d'«agiter les peurs» autour de sa réforme.

Emmanuel Macron a estimé que cela n'était «pas à la hauteur du débat». «Je ne fais honnêtement même pas référence aux menaces de mort que j'ai reçues - j'ai porté plainte - de certains officiers publics ministériels parce que vous m'accorderez que c'est particulièrement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Spartaku le mardi 3 fév 2015 à 06:57

    l'erreur c'est ....MACRON !