Production et commerce du vin : des irrégularités par milliers

le
2
Production et commerce du vin : des irrégularités par milliers
Production et commerce du vin : des irrégularités par milliers

Pratiques commerciales trompeuses, utilisation frauduleuse d'une appellation d'origine, étiquetage non conforme,... L'Autorité de la concurrence vient de mettre à jour de nombreuses irrégularités dans le secteur vitivinicole. Près de 5 000 établissements sont concernés, qu'il s'agisse de maison de production, de commerces de gros et de détail, ou de cafés et restaurants.

«Les enquêteurs ont mis au jour de nombreuses anomalies tant au stade de la distribution qu’à ceux de la production et du négoce. Elles concernent les indications géographiques fausses ou interdites pour les vins sans indication géographique, la falsification par mouillage ou faux millésime, la vente de vin non commercialisable, la surpressurisation de vins mousseux, la présence de pesticides dans des vins dits « biologiques », la tromperie sur les AOC, l’usurpation d’appellations renommées, l’étiquetage non conforme d’un mélange de vins de la Communauté européenne, ou encore les faux messages à caractère sanitaire», explique la DGCCRF.

Les enquêteurs ont dressé 1011 avertissements, 68 mesures de police administrative, 113 procédures contentieuses et 25 injonctions, sans dévoiler les noms des entreprises concernées.

En général, les contraventions concernent surtout la non-conformité d’étiquetage avec l'utilisation de mentions susceptibles de créer une confusion chez le consommateur mais aussi le défaut des mentions obligatoires telles que le degré d’alcool, un défaut d'affichage sur les prix, le dépassement du degré d'alcool maximal.

Sur les prélèvements, les enquêteurs ont mis en évidence que les non-conformités concernaient le degré d'alcool dans 30% des cas, du mouillage (de l'ajout d'eau) dans 5% des cas ou encore la présence de pesticides dans 4% des analyses.

«La DGCCRF apportera un soin particulier à la stricte exécution des suites contentieuses demandées par les enquêteurs», prévient l'Autorité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 il y a 7 mois

    Il y a tellement de normes, contraintes, taxes, retaxes, surtaxes, que les professionnels, tous secteurs confondus, sont pratiquement obligés d'en passer par la triche pour s'en sortir!

  • M7307096 il y a 7 mois

    Existe t il un secteur, un endroit une activité qui ne soit corrompu ? ! Tout est décevant , que l'argent, la tune, la pépéte ...