Procter & Gamble bat le consensus, l'action monte

le
0
PROCTER & GAMBLE FAIT MIEUX QUE PRÉVU
PROCTER & GAMBLE FAIT MIEUX QUE PRÉVU

(Reuters) - Procter & Gamble a publié mardi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes grâce à ses réductions de coûts et à une forte demande pour ses produits pour bébés, d'hygiène féminine et d'entretien de la maison.

L'action du géant américain des produits de grande consommation gagnait 4,39% à 87,79 dollars à 14h25 GMT à la Bourse de New York, affichant de loin la plus forte hausse de l'indice Dow Jones, alors pratiquement inchangé.

Procter & Gamble a cédé des marques peu ou pas rentables ces dernières années pour se recentrer sur les plus lucratives, comme Pampers ou Gillette, dans le but de relancer la croissance de ses ventes. Il a ainsi bouclé au début du mois la cession de 41 marques à Coty pour 12,5 milliards de dollars (11,5 milliards d'euros).

Le groupe est par ailleurs engagé dans un plan de réduction de ses coûts d'un montant susceptible d'atteindre 10 milliards de dollars sur les cinq prochaines années, après une réduction équivalente sur les cinq dernières.

Il prévoit de réinvestir une part importante des économies ainsi réalisées dans l'amélioration de ses produits et de ses emballages, dans la recherche et le développement et dans l'extension de ses réseaux commerciaux, a expliqué son directeur financier, Jon Moeller, lors d'une téléconférence avec des journalistes.

Sur le trimestre clos le 30 septembre, le chiffre d'affaires est resté pratiquement inchangé à 16,52 milliards de dollars mais il a dépassé le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, qui le donnait à 16,49 milliards.

Les ventes au Royaume-Uni, premier marché européen du groupe, ont diminué de 2%, a précisé Jon Moeller. Le vote du 23 juin pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a fait plonger la livre sterling, ce qui a conduit certains groupes de grande consommation à relever leurs prix.

Jon Moeller s'est refusé à évoquer la stratégie tarifaire de P&G mais il a dit que le Royaume-Uni restait un marché "très difficile et très promotionnel".

Le trimestre juillet-septembre se solde par un bénéfice net part du groupe de 2,71 milliards de dollars, soit 96 cents par action, contre 2,60 milliards (91 cents/action) un an plus tôt.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action des activités poursuivies atteint 1,03 dollar, soit cinq cents de plus que le consensus des estimations d'analystes.

(Sruthi Ramakrishnan à Bangalore, Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant