Procter & Gamble avertit sur l'impact du dollar fort

le
1

* C.A. annuel prévu en baisse de 3 à 4% à cause des taux de change * L'effet de change aura un impact de 12% sur le bénéfice * Les résultats du T2 légèrement inférieurs au consensus * Le titre perd 3,5% à Wall Street (Actualisé avec citations du directeur financier et cours de Bourse) 27 janvier (Reuters) - Procter & Gamble PG.N a déclaré mardi que son chiffre d'affaires net annuel subirait une baisse de 3% à 4% en raison du dollar fort, provoquant une baisse de plus de 3% de son action à Wall Street. Le numéro un mondial des produits d'entretien, qui réalise les deux tiers environ de ses ventes en dehors des Etats-Unis, tablait auparavant sur une stabilité de son chiffre d'affaires. "L'impact des taux de change est le plus important qu'on ait jamais subi sur un exercice fiscal", a déclaré le directeur financier du groupe américain, Jon Moeller, lors d'une conférence téléphonique sur les résultats. Le dollar a gagné près de 13% contre une panier de monnaies de référence .DXY en 2014, une performance inégalée depuis 1997. Pour les entreprises américaines, un dollar fort grève les ventes réalisées à l'étranger. P&G s'attend à ce que l'effet de change négatif réduise son chiffre d'affaires annuel de 5% et son bénéfice net de 12%, soit d'au moins 1,4 milliard de dollars. Sur ce montant, un milliard sera imputable aux fluctuations des devises de six pays - la Russie, l'Ukraine, le Venezuela, le Japon, l'Argentine et la Suisse. En réponse, P&G cherche à renforcer l'implantation locale de sa chaîne d'approvisionnement, ce qui passera par la construction de 20 nouvelles usines dans les marchés émergents. Le groupe a précisé avoir maintenu ses parts de marché en Amérique latine, en Europe, en Inde et au Moyen-Orient mais en avoir perdues en Chine et au Japon. Sur le deuxième trimestre clos fin décembre, le chiffre d'affaires net a diminué de 4,4% à 20,2 milliards de dollars mais le groupe n'en a pas moins enregistré une croissance organique de 2%, excepté dans les segments beauté, coiffure et hygiène corporelle en raison notamment d'une baisse de la demande des crèmes Olay. Les analystes anticipaient en moyenne un C.A. de 20,62 milliards de dollars, d'après le consensus Thomson Reuters I/B/E/S. Le bénéfice net part du groupe a chuté de 31% à 2,37 milliards de dollars (2,09 milliards d'euros), soit 82 cents par action contre 3,43 milliards (1,18 dollar/action) un an auparavant. Hors exceptionnels, le BPA est de 1,06 dollar, inférieur au consensus des analystes qui le donnait à 1,13 dollar. En novembre, P&G a vendu sa filiale de piles Duracell à Berkshire Hathaway, la société de l'investisseur Warren Buffett. Cette cession a entraîné une charge immatérielle de 740 millions de dollars. ID:nL6N0T36VK A Wall Street, l'action P&G perd 3,5% à 86,44 dollars vers 15h50 GMT. (Shailaja Sharma à Bangalore et Nandita Bose à Chicago; Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9163545 le mardi 27 jan 2015 à 16:00

    Sûr que ça va faire des dégâts aux USA. Qui plus est avec un pétrole faible qui va laminer le gaz de schiste.