Proche-Orient : les écoles de Gaza au coeur du conflit

le
0
Proche-Orient : les écoles de Gaza au coeur du conflit
Proche-Orient : les écoles de Gaza au coeur du conflit

Deux salles de classe frappées de plein fouet par des obus israéliens. Au moins 16 morts, tous des réfugiés palestiniens fuyant les combats. A Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, l'attaque a été sanglante ce mercredi, à l'aube.

L'école détruite, sous l'égide de l'UNRWA, (l'office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) hébergeait 3 330 civils, selon l'office.

L'agence de l'ONU accuse ouvertement Israël

Le commissaire général de l'UNRWA, Pierre Krähenbühl, a exprimé sa colère ce mercredi : «Je condamne fermement l'attaque de l'école de Jabaliya. Il n'y a pas de mots pour exprimer mon indignation». Il accuse également l'armée israélienne de «grave violation du droit international». «La nuit dernière, des enfants ont été tués alors qu'ils dormaient à côté de leurs parents sur le sol d'une salle de classe, dans un refuge désigné comme tel à Gaza. C'est un affront pour chacun d'entre nous, une source de honte internationale», précise-t-il. 

Enfin, le responsable assure que «la localisation précise» de l'école et «le fait qu'elle accueillait des milliers de personnes déplacées sont des informations qui ont été transmises 17 fois à l'armée israélienne afin de s'assurer de leur sécurité, la dernière fois à 22 heures mardi soir, quelques heures avant le bombardement meurtrier».

VIDEO. «Nous avons alerté 17 fois de la localisation des écoles»

82 écoles servent d'abri aux réfugiés

Comme l'indique l'UNRWA, le 28 juillet, «82 écoles - dans la bande de Gaza - abritent aujourd'hui 182 604 réfugiés palestiniens -soit environ 10% de la population». Ces établissements, improvisés en hébergements d'urgence, approvisionnent les déplacés en eau, nourriture et produits de première nécessité. Ils ont atteint leur «capacité maximum», d'après l'UNRWA. Selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant