Proche-Orient-L'Onu s'inquiète pour la solution à deux Etats

le
0
    JERUSALEM, 3 juillet (Reuters) - Le principe de coexistence 
pacifique de deux Etats sur lequel est fondé le processus de 
paix israélo-palestinien est de moins en moins viable, a averti 
dimanche Nickolaï Mladenov, coordonnateur spécial de l'Onu pour 
le Proche-Orient.  
    Dans un rapport publié la veille, les médiateurs 
internationaux du "Quartet" (Etats-Unis, Union européenne, 
Russie et Onu) demandent au gouvernement israélien de mettre fin 
à la colonisation de la Cisjordanie et de cesser d'entraver le 
développement des territoires palestiniens.  
    La politique israélienne "sape avec constance la viabilité 
de la solution à deux Etats", disent-ils, tout en invitant 
l'Autorité palestinienne à faire cesser les incitations à la 
violence, à condamner "tous les actes terroristes" et à les 
combattre plus fermement.  
    Le Quartet "a tiré le signal d'alarme pour avertir que nous 
sommes sur une pente dangereuse menant à une réalité faite d'un 
seul Etat qui est incompatible avec les aspirations des deux 
peuples", écrit Nickolaï Mladenov, dans un courrier électronique 
adressé à la presse en complément du rapport.  
    "Qui peut prétendre qu'on ne peut pas faire plus pour mettre 
fin aux incitations à la violence ? Quelqu'un peut-il affirmer 
que les colonies illégales (...) ne nuisent pas à la perspective 
d'une solution à deux Etats ?", poursuit-il, évoquant la 
réaction des deux camps.  
    Le gouvernement israélien s'est félicité de la teneur d'une 
partie du rapport, mais juge qu'il "entretient le mythe selon 
lequel les constructions israéliennes en Cisjordanie sont un 
obstacle à la paix".  
    Un porte-parole de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité 
palestinienne, a par ailleurs regretté que le Quartet ne réclame 
pas le retour aux frontières de 1967. 
    Nickolaï Mladenov conclut en invitant les deux parties à 
mettre en oeuvre les recommandations du Quartet et "à ne pas 
manquer cette opportunité".  
 
 (Jeffrey Heller, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant