Procès Zahia : nuits de folie à Munich

le
1
Zahia, le 25 février 2012 à Paris.
Zahia, le 25 février 2012 à Paris.

Sans ses acteurs principaux, la lecture du vaudeville Zahia-Ribéry-Benzema se fait par la voix de seconds rôles au parler cru, souvent maladroits, parfois arrogants. Il faut aussi noter qu'ils sont emmenés par un metteur en scène - le président Denis Couhé - bourru mais jamais avare de détails, même s'il donne l'impression de découvrir l'envers du décor d'une certaine nuit parisienne faite d'"after" (qu'il prononce aftère), "de starfuckeuse" et de "michtonneuse", comprenez "les filles qui se font entretenir sans coucher".

"Plus on est de fous, plus on rit"

À la barre mardi après-midi, Kamel Ramdani, "importateur de joueurs de football au black", selon la description qu'il fait de son métier au moment de faits, est poursuivi pour proxénétisme aggravé. Crâne rasé, jean délavé, ce grand gaillard décrit par le menu son escapade munichoise, le 6 avril 2009, accompagné de deux jeunes femmes, pour rejoindre "son ami Franck" le temps d'un week-end. L'entremetteur vient de passer la nuit avec Zahia, "rencontrée en boîte". Il lui propose de l'accompagner en Allemagne et réserve trois billets d'avion. Outre Zahia, une autre prostituée dénommée Sashia fait partie du voyage. "Plus on est de fous, plus on rit, non ? " lance le jeune homme à la cour, sans faire sourire.

À l'aéroport, Kamel prend ses distances avec ses invitées, ne passant pas la douane avec elles. "Zahia avait-elle un passeport, une pièce d'identité ?" l'interroge l'avocat de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1257259 le mercredi 22 jan 2014 à 09:27

    bientôt hollande avec zahia :)