Procès Valentin : les experts se contredisent à la barre

le
0
Les avis exprimés lundi sont multiples quant au diagnostic de la maladie dont souffre Stéphane Moiteret.

Imaginez. Vous êtes juré à la cour d'assises de l'Ain, vous jugez depuis le 5 décembre Stéphane Moitoiret et Noëlla Hego, accusés de l'assassinat d'un petit garçon de 11 ans, ils sont fous -la question est de savoir à quel point. Seuls des experts sont en mesure d'apporter la réponse cruciale: le discernement des accusés, à supposer qu'ils soient coupables, était-il entier, altéré ou aboli au moment des faits? En cas d'abolition, c'est l'irresponsabilité pénale, l'hôpital psychiatrique. Sinon, la prison.

Vous êtes juré, donc, et vous attendez avec impatience l'oracle de la fine fleur de la psychiatrie légale répartie en trois collèges. Neuf praticiens sont annoncés à la barre, certains sont déjà passés à la télévision, la vérité va enfin jaillir. A quoi avez-vous droit? A un défilé d'experts sûrs d'eux pour la plupart, en total désaccord avec ceux des autres collèges et même parfois, ce qui est plus savoureux, avec ceux de leur propre collège.

Le D

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant