Procès PIP : la tension monte

le
1
Au deuxième jour du procès du scandale des prothèses mammaires au gel frelaté, prévenus et victimes s'affrontent.

Forte tension, ce jeudi à Marseille, dans la salle d'audience du procès du scandale sanitaire des prothèses mammaires PIP. Au deuxième jour de ce marathon judiciaire qui doit durer un mois, après l'annonce par la présidente Claude Vieillard du rejet des deux questions prioritaires de constitutionnalité déposées la veille car «dépourvues de caractère sérieux», le ton est monté entre les avocats des cinq prévenus, poursuivis pour tromperie aggravée et escroquerie ou complicité, et ceux des parties civiles.

Se plaignant d'avoir été insulté la veille par certains défenseurs de victimes «allés chercher avec beaucoup de complaisance des applaudissements dans la salle d'audience», Me Jean Boudot, avocat d'Hannelore Font, ancien directrice qualité de PIP, a mis en cause Me Philippe Courtois, avocat de l'association PPP et de 2800 de ses membres. Il...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6860185 le jeudi 18 avr 2013 à 17:30

    question: pourquoi les organismes de controle si nombreux dans le médical ont été bernés ? pire, pourquoi l’organisme TUV dit qu'il n'avait pas de controle à faire dans le domaine. qui devait donc faire le controle qualité ?