Procès Moitoiret : la piste du «crime passionnel par procuration»

le
0
Stéphane Moitoiret a été condamné en première instance à la perpétuité pour le meurtre du petit Valentin en 2008. Lors du procès en appel, les déclarations de son ex-compagne Noëlla Hego, qui a écopé de 18 ans de prison, tendent vers la piste du «crime passionnel par procuration».

Le procès en appel de Stéphane Moitoiret et Noëlla Hégo, accusés respectivement de l'assassinat, en 2008, du petit Valentin, et de complicité, a pris vendredi un tour nouveau. Un tour extrêmement inquiétant pour la défense des deux individus privés à l'évidence d'une grande partie de leurs facultés mentales.

C'est le président Jean-Paul Taillebot qui a redistribué les cartes. Depuis mardi, les débats se situaient le plus souvent davantage dans le registre d'un asile psychiatrique que dans celui d'une cour d'assises. Le délire pathétique de M. Moitoiret, «roi d'Australie et général major de la légion française en boites à voeux», n'a pu que convaincre l'auditoire de sa folie - ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant