Procès de la Ferme des Mille Vaches : les militants dénoncent l'industrialisation de l'élevage

le
5
Procès de la Ferme des Mille Vaches : les militants dénoncent l'industrialisation de l'élevage
Procès de la Ferme des Mille Vaches : les militants dénoncent l'industrialisation de l'élevage

Soutenus par 3 à 4 000 manifestants rassemblés à l'extérieur du palais de justice d'Amiens (Somme), neuf militants de la Confédération paysanne comparaissent pour dégradations contre le chantier de la ferme des 1.000 vaches, à Drucat (Somme), en septembre 2013 et mai 2014. Celle-ci a commencé son exploitation à la mi-septembre, avec une autorisation limitée pour l'instant à 500 vaches laitières. Les neuf militants, parmi lesquels le porte-parole de la Confédération, Laurent Pinatel, veulent faire de ce procès celui de «l'industrialisation de l'agriculture». Ils s'y tiennent à la barre. Interrogés sur les faits par la présidente du tribunal, ils ont préféré se concentrer sur les raisons qui les ont poussés à s'engager contre le projet d'«usine» : industrialisation de l'agriculture, pollution environnementale, difficultés des «petits paysans».

«On n'est pas violents» Le témoignage de la plus âgée des prévenus, institutrice à la retraite qui emmenait ses élèves à la ferme et mariée à un agriculteur franc-comtois, a particulièrement soulevé la salle, qui l'a applaudie à tout rompre. «Je reconnais que ça doit être difficile pour les ouvriers de l'usine de tout remonter. Quand il y a une grève, ça embête les gens. C'est ça le militantisme. On n'est pas violents», a observé l'ex-enseignante de 58 ans, Dominique Tzaud, poursuivie pour dégradations pendant le démontage de mai dernier. «Etre ici aujourd'hui, ça parait inapproprié pour une action symbolique», a plaidé Olivier Lainé, interpellé avec' écrous, un boulon et un cavalier en métal. La présidente lui explique qu'il a «soustrait des pièces à leur légitime propriétaire». Réponse de Lainé : «Ça n'est pas du vol, car les pièces ont été mises dans un Caddie (sic) et remises au ministre de l'Agriculture pour l'interpeller sur ce dossier. Ou alors, c'est monsieur Le Foll qui doit être poursuivi pour recel».

Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1017309 le mardi 28 oct 2014 à 11:22

    c'est plutot une belle cause, si on avait fait la meme chose avec les hyper, on aurait pas un michel edouard leclerc milliardaire, des directeurs de magasins millionnaires et des milliers de smicards, mais plein de super marché de taille raisonnable qui feraient vivre correctement des milliers de familles ..

  • lm123457 le mardi 28 oct 2014 à 11:04

    Ce n'est pas la ferme des 100 vaches à laquelle ils s'opposent. C'est à l'industrialisation de l'agriculture. Leur slogan est qu'ils préfèrent 10 fermes de 100 vaches à une ferme de 1000 vaches. Ils préfèrent avoir du boulot plutôt que d'être fonctionnaire de l'agriculture ou chomeur. Ca se tient bien !!! @ SOulamer : oui !!!! Il ne se sera préoccupé que du mariage gay, mais pas des ouvriers. J'espère que le souvriers se le rappeleront.

  • soulamer le mardi 28 oct 2014 à 10:10

    elle est belle la france apaisée de Hollande...

  • slivo le mardi 28 oct 2014 à 09:50

    "...Procès de la Ferme des Mille Vaches : des milliers de manifestants...". 1 manifestant par vache ?

  • M9964081 le mardi 28 oct 2014 à 09:04

    raz le bol des casseurs qui ne veulent jamais payer pour les dégâts.Imagine t'on aller saccager les fermes ? Est-ce qu'on réclame la prison pour les fermiers qui empoisonnent la terre ? On devrait peut être ...