Procès d'un trafic de cannabis par hélicoptère

le
0
La drogue était acheminée du Maroc vers la France. Parmi les organisateurs présumés du réseau, Gilbert Casanova, ex-figure du nationalisme corse.

Le procès qui s'ouvre ce mardi au tribunal correctionnel de Marseille est celui d'une inédite méthode de convoyage de la drogue, que les enquêteurs ont appelé le «fly fast» on encore le «go-fast aérien». Initié en 2007 depuis la Corse, il dessine un étrange ballet en hélicoptère faisant de discrets sauts de puce entre l'île de Beauté, les campagnes reculées de l'Hérault, l'Espagne et les abords des montagnes du Rif, au Maroc. Au total, une noria de périples effectués à très basse altitude pour échapper aux contrôles radar a permis d'acheminer plusieurs centaines de kilos de résine de cannabis, finalement écoulés vers la région parisienne par des «grossistes», puis une nuée de petits dealers. À l'époque, le produit de ce trafic était estimé entre 5 et 10 millions d'euros.

Il a fallu plusieurs mois d'une enquête serrée de la gendarmerie, des dizaines d'heures d'écoutes téléphoniques, la mobilisation des unités d'élite du GIGN, mais aussi celle

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant