Procès d'un restaurateur pour discrimination contre des musulmanes

le , mis à jour à 17:34
35
Le restaurateur est poursuivi pour "discrimination dans la fourniture d'un service en raison de l'appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public" ( AFP/Archives / Franck Fife )
Le restaurateur est poursuivi pour "discrimination dans la fourniture d'un service en raison de l'appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public" ( AFP/Archives / Franck Fife )

"Des gens comme vous j'en veux pas chez moi": un restaurateur de Seine-Saint-Denis, filmé fin août en train de demander à deux clientes voilées de sortir de son établissement, sera jugé jeudi à Bobigny pour discrimination.

La scène avait été discrètement filmée par l'une des deux jeunes femmes samedi 27 août au restaurant Le Cénacle, à Tremblay-en-France.

A l'une des clientes qui lance: "On ne veut pas être servies par des racistes, Monsieur!", le patron en tablier blanc répond: "Les racistes mettent pas des bombes et ne tuent pas des gens, les racistes comme moi!" "Parce qu'on a mis des bombes, Monsieur?", rétorque la voix. "Madame, les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont terroristes. (...) Des gens comme vous, j'en veux pas chez moi. (...) Maintenant, vous le savez, alors partez!"

Face au tollé suscité par la publication de la vidéo, en pleine polémique sur des arrêtés d'interdiction du burkini sur les plages de certaines municipalités, le restaurateur avait présenté dès le dimanche ses excuses "à toute la communauté musulmane" et aux deux clientes.

Il doit comparaître jeudi devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour "discrimination dans la fourniture d'un service en raison de l'appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public".

L'une des clientes s'est constituée partie civile, de même que le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), qui avait appelé à "ruiner la réputation de ce restaurant sur tous les espaces en ligne où il est listé".

Le porte-parole du CCIF, Marwan Muhammad, a salué auprès de l'AFP une "réaction des autorités sans la moindre complaisance". "On espère qu'il va y avoir un procès exemplaire de ce type de discrimination trop souvent placé sous silence".

Au procès, "on aura quelques mises au point importantes à faire", prévient Joseph Cohen-Sabban, qui défend le patron du restaurant. "L'attitude que les clientes adoptent, la manière de filmer immédiatement la scène... Il y a un truc qui ne va pas", estime l'avocat, pour qui les jeunes femmes étaient précisément venues dans ce restaurant pour "provoquer".

Même si les propos du restaurateur "ne sont pas du tout honorables", il y a un "contexte de provocation où il se fait traiter de raciste alors qu'il leur a courtoisement demandé d'être plus discrètes dans leur tenue", dit-il.

Contacté par l'AFP, l'avocat des jeunes femmes n'a pas souhaité s'exprimer avant le procès.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a une semaine

    ...les deux moudjahidas en service commandé.

  • mcarre1 il y a une semaine

    Elles sont venues de loin pour commettre ce qui à l'évidence est une provocation programmée. On provoque et on enregistre.

  • chmey671 il y a une semaine

    Je me trompe ou se sont elles qui ont provoqué les premières : ""On ne veut pas être servies par des racistes, Monsieur!"" ... DANS CE CAS POURQUOI ALLER DANS CE RESTAURANT et pas ailleurs si ce n'est pour chercher à créer ce type d'incident.Je ne cautionne pas les propos de ce monsieur mais j'en ai marre de cette communauté qui est dans la provocation PERMANENTE ! Qu'ils ne viennent pas se plaindre ensuite.

  • patjo47 il y a une semaine

    C'était peut être Elise Lucet déguisée pour cash investigation non? Ca pue la manipulation cette histoire , si ça se trouve le plat du jour c'était "poitrine de porc farçie" en plus..)

  • pier4564 il y a une semaine

    à quand la condamnation de l'abus de justice?

  • M9080875 il y a une semaine

    le peuple français, pour qui la valeur de la laïcité est fondamentale, n'est clairement pas soutenu ni par ses dirigeants ni par ses médias, qui auraient dû plutôt pointer du doigt la volonté affichée de ses deux "dames" de refuser l'intégration à la française, et de provocation contre la république ! NI PLUS NI MOINS qu'on se le dise

  • frivet il y a une semaine

    j'irai manger chez lui à la prochaine occasion !!! ON EST CHEZ NOUS !!

  • M3471517 il y a une semaine

    A l'époque des faits, il a été dit qu'elles avaient été envoyés par une associations antiraciste pour piéger le restaurateur. Qu'en est il ? Je ne compte pas sur l'afp pour éclaircir ce point.

  • serval02 il y a une semaine

    Plutôt que du social, un nouveau moyen de toucher de l'argent facilement, les dommages et intérêts de procès....

  • M7097610 il y a une semaine

    qu'il demande l'asile politique aux corses, c'est la seule solution qui nous reste.