Procès d'un juré : trois mois avec sursis requis

le
0
Thierry Allègre avait violé le secret des délibérations dans une interview en avril 2011.

«Si un instituteur me dit que l'Amérique est à l'est de la France, je le crois», affirme Thierry Allègre à la barre du tribunal correctionnel de Meaux. Cet homme de 44 ans est poursuivi pour avoir violé son serment de juré d'assises, qui l'obligeait à ne jamais révéler les secrets du délibéré. Or, dans un entretien accordé en avril 2011 au Parisien,il accusait la présidente des assises de la Seine-et-Marne d'avoir tordu le bras des jurés, un an auparavant, en leur interdisant - c'est l'assertion la plus grave - de voter blanc. L'accusé avait été condamné, mais ce verdict a été cassé depuis pour une tout autre raison: un troisième procès est fixé au printemps 2014, qui constitue un enjeu indirect mais non négligeable de cette audience de Meaux.

M. Allègre explique qu'un juré est comme un petit enfant, intimidé par la robe rouge, l'hermine et la prestigieuse fonction ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant