Procès Concorde : un ancien cadre de la DGAC visé

le
0
Dix-huit mois ont été requis contre Claude Frantzen, 74 ans, qui aurait fallli à ses missions de contrôle.

Le procès en appel du Concorde qui se poursuit à Versailles jusqu'au 18 juin prochain a réservé des surprises, ce mercredi. Au cours de cette journée importante consacrée aux réquisitions, il a été demandé pour la première fois à l'audience, la condamnation d'un fonctionnaire français, en l'occurrence un ex-cadre de la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile). À l'inverse, la compagnie américaine Continental Airlines a été, comme en première instance, tenue pour responsable de ce drame survenu le 25 juillet 2000. Ce jour-là, l'appareil qui venait de décoller de Roissy-Charles-de-Gaulle s'était écrasé quelques minutes plus tard à Gonesse causant la mort de 113 personnes. Ce drame avait stoppé net la destinée de cet avion mythique, cloué au sol quatre mois plus tard.

Comme à Pontoise, lors du premier procès en 2010, Continental Airlines est donc impliquée dans ce drame selon le procureur, Michel Debacq qui a requis 225.000 euros d'amende. Un montant p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant