Procès Camaret : les parties civiles soulagées

le
0
Pour les femmes qui accusaient de viols l'ex-entraîneur vedette de tennis, «la culpabilité va enfin pouvoir changer de camp».

Envoyée spéciale à Lyon

Lorsque le verdict condamnant Régis de Camaret à 8 ans d'emprisonnement est rendu, les bancs des parties civiles, en écho avec les nombreux témoins venus dénoncer les agressions sexuelles de l'ex-entraîneur vedette de tennis, laissent couler leurs larmes. On s'embrasse, on s'étreint, on pleure et on rit ensemble, on se rue sur les SMS pour prévenir les familles qui n'ont pas pu venir. «La culpabilité va enfin pouvoir changer de camp», souffle Marion, témoin prescrit dans l'affaire. Après 9 jours d'audience, «un stress intense» et des nuits «sans sommeil», Stéphanie Carrouget se dit «soulagée», mais encore sous le choc, et «fière d'avoir tenu jusqu'à aujourd'hui». Elle est la seule, aux côtés de Karine Pomares, à être partie civile dans ce procès devant les assises du Rhône, les faits étant prescrit...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant