Procès Bissonnet : polémique autour de l'arme du crime 

le
0
Le meurtrier présumé dit avoir tiré deux fois avec le fusil. Le mari de la victime, qui conteste, est desservi par sa version des faits.

De notre envoyé spécial à Montpellier

Combien de fois a-t-il tiré sur Bernadette Bissonnet, ce vilain fusil à canon scié que le balisticien manipule devant les assises de l'Hérault? Deux fois, selon Meziane Belkacem, qui est bien placé pour le savoir puisqu'il a avoué l'avoir actionné dans la nuit du 11 mars 2008.

Trois, affirme en retour le mari de la victime, Jean-Michel Bissonnet, dont la défense fait feu de tout bois. L'hypothétique cartouche supplémentaire représente, pour cet homme dont la solitude paraît de plus en plus abyssale depuis l'ouverture du procès, un argument de plus pour mettre en lumière les mensonges de ses coaccusés, MM. Belkacem et d'Harcourt, qui le présentent d'une seule voix comme le commanditaire du crime.

Pour l'heure, le balisticien Alain Artuso, profil d'oiseau de proie et déposition au cordeau, monte puis démonte l'arme à canons juxtaposés et crosse rognés au plus court, pour montrer que son maniement est simple. Le cliquetis

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant