Procès Barresi : la défense étrille l'enquête de police

le
0
Le verdict est attendu vendredi au procès de Bernard Barresi, accusé d'avoir attaqué un fourgon blindé en 1990, près de Mulhouse. Jeudi, le directeur d'enquête a été mis en difficulté.

Le commissaire Thierry Hartmann l'assure: «Il n'y a que dans les films que la police voit tout.» Sa modestie l'honore. Mais l'on pourrait objecter qu'il n'y a guère que dans son enquête que la police a si peu vu. En tout cas, beaucoup de choses lui ont échappé.

Pourtant, l'enjeu était de taille: une équipe composée de six malfrats s'empare, le 1er mars 1990, de 300 kg de billets usagés, pour un montant de 33,75 millions de francs (5,145 millions d'euros), en braquant un fourgon blindé près de Mulhouse. Depuis août 1989, la PJ alsacienne dispose d'un tuyau de ses collègues marseillais: un certain Bruno Latard, truand connu, prépare un vol à main armée dans la région. De sorte que - et c'est providentiel - son domicile est surveillé moins de trois heures après le coup.

Pour résumer à outrance, la surveillance permet de remonter à la famille B., qui a un cousin nommé Bernard Barresi à Marseille; la police est persuadée qu'il a trempé dans l'affaire, bien qu'il ai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant