Problèmes de malnutrition à cause d'un "super El Nino" -Oxfam

le
0

LONDRES, 1er octobre (Fondation Thomson Reuters) - Au moins dix millions de personnes sont ou vont être confrontées à des problèmes de malnutrition cette année et l'an prochain en raison de sécheresses liées au réchauffement climatique mondial et à un phénomène El Nino d'une ampleur exceptionnelle, a averti l'ONG caritative Oxfam. En Ethiopie, 4,5 millions d'habitants ont besoin d'une aide alimentaire en raison d'une conjonction d'El Nino et des changements climatiques qui rendent la saison des pluies plus imprévisible, selon des agences des Nations unies. El Nino, phénomène climatique résultant d'une descente exceptionnelle d'un courant vers le sud, au large du Pérou, aux dépens du courant froid de Humboldt, devrait atteindre son pic d'octobre à janvier et être l'un des plus forts jamais enregistrés. Le dernier "super El Nino" remonte à la période 1997-1998. "Les récoltes de riz et de maïs sont menacées, avec des conséquences graves pour des millions d'habitants pauvres d'Afrique australe et d'Amérique centrale, dépendants de ces denrées", a déclaré Mark Goldring, directeur exécutif d'Oxfam Grand-Bretagne, dans un communiqué publié jeudi. Une sécheresse intense détruit d'ores et déjà les récoltes en Afrique australe. En Afrique du Sud, celle de maïs est inférieure d'un tiers à la normal, et l'on devrait continuer à avoir de mauvais rendements tout au long de l'été austral, selon les services météorologiques sud-africains. Au Zimbabwe voisin, la récolte de maïs est de 35% inférieure à la moyenne. En Amérique centrale, les récoltes ont chuté dans certains cas de 60% pour le maïs et de 80% pour les haricots, cette année, en raison de périodes prolongées de sécheresse liées à El Nino, selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture). L'Asie du Sud-Est est elle aussi touchée, indique Oxfam. Le réchauffement des eaux des océans, découlant des changements climatiques mondiaux, pourrait doubler la fréquence des phénomènes El Nino les plus virulents, indique Oxfam dans son rapport. (Joseph D'Urso; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant