Pro A : La déception strasbourgeoise

le
0

Cette saison, la SIG a connu deux finales, celle de Pro A perdue face à l’ASVEL alors qu’elle menait 2-0 dans la série. Et celle face à Fenerbahce, où les hommes de Vincent Collet se sont inclinés. Retour sur le mal qui touche Strasbourg.

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01343059/zone/1/showtitle/1/src/uxrpul']

La SIG pourra nourrir beaucoup de regrets cette saison. Après la finale de l’Eurocoupe perdue face à Galatasaray dans une double confrontation, c’est la finale du championnat de France qui lui file entre les doigts. Vincent Collet pourra pestiférer tant qu’il veut sur l’arbitrage, ces finales de Pro A sont désastreuses pour les Rouge et Blanc. Alors que le titre s’offrait à eux (2-0 dans la série pour la SIG), les hommes de Vincent Collet se sont éteints. Dans l’ultime match 5 de ces finales, la SIG a compté jusqu’à 20 points de retard dans le troisième quart temps au Rhénus. Un écart trop important pour espérer s’imposer sur le fil.

4 finales d’affilées, zéro titre de Pro A

Cela fait maintenant quatre ans que Strasbourg atteint la finale du championnat de Pro A. A chaque fois, l’équipe de Collet échoue en finale. En 2013, c’est face à Nanterre que Strasbourg s’incline, puis par deux fois face au CSP (3-0 puis 3-1 dans la finale) en 2014 et 2015. Et cette année, ils n’ont jamais été aussi proches de gagner enfin ce championnat de France. Les nouvelles recrues de niveau NBA n’auront pas suffi à l’image de Rodrigue Beaubois et Mardy Collins, tous deux très bons individuellement. Mais c’est en défense que la SIG doit faire des progrès.

« Encore un championnat qui nous file entre les doigts »

Il y a beaucoup de déception dans les mots de l’ailier de l’équipe, Jérémy Leloup. « C'est encore un championnat qui nous file entre les doigts... Surtout au vu de notre saison, en Europe comme en championnat », expliquait le shooteur après la rencontre. « Cela se joue dans les trois premiers quarts-temps. On a su revenir en prenant des risques dans le dernier quart, à -20, mais tu ne peux pas défendre comme ça pendant quarante minutes. L’ASVEL a contré notre jeu offensif, on a cherché des solutions individuelles. La finale se perd aussi au match 4, quand on s’est précipité à la fin », analysait-il.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant