Prix Nobel : le processus de paix «est allé trop loin pour reculer», estime Ban Ki Moon

le , mis à jour à 15:00
0
Prix Nobel : le processus de paix «est allé trop loin pour reculer», estime Ban Ki Moon
Prix Nobel : le processus de paix «est allé trop loin pour reculer», estime Ban Ki Moon

Le Nobel de la paix a été attribué ce vendredi au président colombien, Juan Manuel Santos, pour l'aider à remettre sur les rails l'accord de paix historique signé avec la guérilla marxiste des Farc après son rejet par la population.

«Nous espérons que cela encouragera toutes les bonnes initiatives et tous les acteurs qui pourraient jouer un rôle décisif dans le processus de paix et apporter enfin la paix à la Colombie après des décennies de guerre», a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Kaci Kullmann Five. 

 

VIDEO. Prix Nobel de la paix  : Juan Manuel Santos, président de la Colombie

 

Cette attribution, qui intervient «à un moment crucial (...), apporte espoir et encouragement nécessaires à la population colombienne», a indiqué le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un communiqué. Même si les Colombiens ont rejeté par référendum l'accord conclu entre les autorités et la guérilla des Farc, le processus «est allé trop loin pour reculer maintenant», a-t-il ajouté.

 

Le chef des Farc, Timoleon Jiménez dit Timochenko, a réagi vendredi en assurant que «le seul prix» que la guérilla souhaite obtenir est celui de la paix avec la justice sociale. «Le seul prix auquel nous aspirons est celui de la #Paixaveclajusticesociale pour une #Colombie sans paramilitaires, sans représailles ni mensonges», a-t-il écrit sur Twitter, concluant son message du mot-clé #Paixdanslarue.

Felicito al presidente Juan Manuel Santos, a garantes Cuba y Noruega, acompañantes Venezuela y Chile sin los cuales seria imposible la Paz

— Timoleón Jiménez (@Timochenko_FARC) 7 octobre 2016

 

L'ex-président colombien Alvaro Uribe, leader de la campagne pour le «non» à la paix négociée avec les Farc, a félicité son successeur sur Tweeter, souhaitant que ce prix Nobel «amène à changer des accords nocifs pour la démocratie».

 

«Nous ne commentons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant