Prix Nobel de la paix : Ingrid Betancourt «très heureuse pour la Colombie»

le , mis à jour à 09:45
0
Prix Nobel de la paix : Ingrid Betancourt «très heureuse pour la Colombie»
Prix Nobel de la paix : Ingrid Betancourt «très heureuse pour la Colombie»

Dans la liste des nommés au prix Nobel de la paix figuraient quelques excellents candidats. Comme les Casques blancs syriens qui tentent de sauver des vies chaque jour à Alep sous les bombardements russes. Mais c'est le président colombien Juan Manuel Santos, signataire d'un accord historique avec les Farc (après un conflit de cinquante-deux ans et plus de 250 000 morts), qui a été désigné. On pensait que sa candidature serait écartée après la courte victoire du non (50,2 %) au référendum organisé la semaine dernière pour ratifier l'accord. Mais le comité a voulu donner à Santos un coup de main. Et remettre le processus sur les rails. L'ex-otage des Farc, Ingrid Betancourt, se félicite de ce geste.

 

L'attribution du prix Nobel à Juan Manuel Santos peut-il relancer le processus de paix après le rejet de l'accord entre le gouvernement et la guérilla des Farc ?

Ingrid Betancourt. Oui, c'est un appui précieux aux efforts du président Santos. Il a lutté pratiquement tout seul pour obtenir ce résultat. Cela remet le pays sur le bon chemin en redonnant l'espoir aux Colombiens et en leur faisant comprendre que la communauté internationale attend de grandes choses d'eux. C'est un immense moment pour la Colombie.

 

Mais le peuple a dit non la semaine dernière. N'est-ce pas aller contre sa volonté ?

Les Colombiens ont eu la sensation que le prix à payer pour la paix était trop élevé. Mais ce sont les victimes de la guerre qui ont voté oui au référendum. Pour ceux qui vivent dans les villes — et qui ont voté non à l'accord avec les Farc —, la guerre restait quelque chose d'abstrait, ils y ont donc été moins sensibles. Le prix Nobel attribué à Juan Manuel Santos va redonner de la grandeur aux débats, faire appel à la générosité des Colombiens et diminuer la pression de ceux qui ont un intérêt à ce que la paix n'aboutisse pas.

 

Vous avez été otage des Farc entre 2002 et 2008 dans des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant