Prix du gaz : les nouvelles règles du gouvernement

le
7
Les tarifs réglementés grimperont de 2,4 % au 1er janvier et seront révisés chaque mois et non plus trimestriellement. Les tarifs sociaux sont étendus. » Le gaz augmentera de 2,4% au 1er janvier 2013

Les prix réglementés du gaz augmenteront de 2,4 % le 1er janvier prochain. L'information circulait depuis quelques jours, elle a été officialisée lundi matin par la ministre de l'Énergie, Delphine Batho. Quelque 10 millions de foyers sont concernés par cette mesure.

C'est la dernière fois que les tarifs du gaz sont révisés selon un rythme trimestriel. Désormais, la formule de calcul s'appliquera tous les mois, a indiqué Delphine Batho, avec une période de référence pour la fixation des prix non plus de six mois mais de huit. «Le gouvernement veut non seulement mieux lisser les variations des tarifs du gaz mais aussi banaliser cet épisode qui vire depuis plusieurs années au psychodrame: d'un côté, GDF Suez réclame une majoration, de l'autre, les pouvoirs publics la freinent au maximum pour ne pas mécontenter l'opinion», commente un spécialiste du secteur.

Précisément, la hausse de 2,4% au 1er janvier intervient après que le Conseil d'État a déclaré illégale l'augmentation de 2% au 1er octobre: GDF Suez, conformément à la loi qui stipule que les coûts d'approvisionnement de l'entreprise sont intégralement répercutés, aurait dû obtenir une hausse supérieure à 6%. Les pouvoirs publics ont donc été obligés de procéder à un rattrapage tarifaire, étant entendu que l'application de la formule au 1er janvier se traduisait par une majoration de 0,8% seulement.

Les rivaux de GDF Suez déçus

Le gouvernement a pris d'autres mesures pour tenter d'adoucir la facture: l'une, «d'urgence», est d'étendre les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité à 830.000 personnes de plus. Pour le moment, quelque 360.000 clients bénéficient de ces tarifs pour le gaz.

D'autres annonces s'inscrivent à plus long terme. L'État veut notamment inciter GDF Suez à renégocier ses contrats d'approvisionnement: ceux-ci feront l'objet d'un rapport annuel de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). L'entreprise a toujours répondu qu'elle renégociait ces contrats en permanence, tandis que le régulateur réalise déjà des audits. Mais le gouvernement veut aussi clairement continuer à peser sur l'évolution des tarifs: non seulement il pourra décider tous les 1er juillet de réviser la formule de calcul, mais une clause de sauvegarde prévoit que les pouvoirs publics puissent geler l'application de la formule «en cas d'urgence» ou de flambée du cours des hydrocarbures. Précision de taille: l'ensemble de ce dispositif doit encore faire l'objet d'un texte réglementaire. D'éventuels aménagements sont donc parfaitement envisageables.

L'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), qui regroupe les rivaux de GDF Suez, affichait lundi sa déception: «Aucune solution n'a été trouvée pour protéger efficacement le pouvoir d'achat du consommateur. Le seul remède, c'est de développer la concurrence, or il n'y a pas un mot là-dessus, souligne Fabien Choné, le président de l'Anode. Plus de 50% des Français ne savent pas qu'il existe des offres jusqu'à 15% moins chères que les tarifs réglementés.»

L'Anode se réunira vendredi et devrait prendre la décision de déposer un recours devant la Commission européenne. Elle stigmatise depuis longtemps un marché français de l'énergie très verrouillé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • supersum le mardi 11 déc 2012 à 10:48

    Entre le social et les actionnaires, les classes moyennes n'ont pas fini de payer

  • sidelcr le mardi 11 déc 2012 à 10:06

    Regardez le nymex & vous comprendrez l'arnaque de l'indexation sur le pétrole .

  • M9393560 le mardi 11 déc 2012 à 08:40

    Avec l'accord pour exporter le gaz nat américain, la logique voudrait une baisse effective du gaz en europe. Le problème étant que la France à un marché très peu liquide de part le manque d'interconnexion avec les autres pays, et d'une manière plus importante, une interconnexion insuffisante entre le PEG Nord et le PEG Sud... Du coup, facile de maintenir la dragée haute aux citoyens Français !

  • idem12 le mardi 11 déc 2012 à 08:34

    Les nouvelles règles oui, tout le problème est là. L’état change constamment les règles du jeu en cours de partie et devinez qui paie à la fin ? ...

  • M3442498 le mardi 11 déc 2012 à 08:17

    Un petit peu d'augmentation tous les mois au lieu de beaucoup tous les trois mois. L'idée du siècle de nos économistes socialistes !

  • j.capman le lundi 10 déc 2012 à 23:30

    Une odeur me dit qu il y a de l enfumage, vais ouvrir la fenetre pour verifier.

  • psebire4 le lundi 10 déc 2012 à 22:21

    Pour information : Regardons le prix du Gaz sur un marché libre tel que NYMEX. On sera peut-être surpris de voir l'évolution des cours...pour ma part, en tant que colocataire d'un immeuble chauffé au Gaz Nat, je me suis couvert (pas trop mal pour l'instant) en achetant un PUT gazNat sur le Nymex !! Donc c'est quand le GAZ BAISSE que je suis gagnant. Et le Gaz continuera de baisser sauf dans les pays ou il a été indexé sur le cours du pétrole.