Prix de l'immobilier : portrait d'une France à plusieurs vitesses

le
0
Prix de l'immobilier : portrait d'une France à plusieurs vitesses
Prix de l'immobilier : portrait d'une France à plusieurs vitesses

Vous voulez acheter un appartement dans l'ancien à Paris ? Sachez que ce mois-ci, il vous en coûte 8413 ¤ en moyenne le mètre carré, contre 825 ¤ pour le même m2 dans la Creuse, soit dix fois moins ! Pour une maison ? La différence est de 1 à 9, avec 964 ¤/m² dans ce département du Centre de la France pour 8818 ¤/m² dans la capitale, où les maisons sont rares...

C'est l'un des enseignements du premier Observatoire LPI-Se Loger des prix immobiliers qui, entre janvier 2014 et janvier 2015, ont en moyenne reculé de 0,4 %.

Certes, cette différence de prix se base sur les deux exemples les plus extrêmes. Néanmoins, le baromètre* qui ne prend en compte que les prix des compromis de vente signés -et non ceux affichés par les vendeurs- révèle bien une France à deux, voire plusieurs vitesses, en matière de prix immobiliers.

Ainsi, toujours pour les logements dans l'ancien et sur une grande partie du pays, la valeur du mètre carré est en moyenne trois fois moindre qu'en Ile-de-France. Aucun rapport, en effet, entre les 1255 ¤/m² payés ce mois-ci en Charente et les 5876 ¤/m² en cours dans les Hauts de Seine.

De manière générale, l'Observatoire recense six principales fourchettes de prix sur l'ensemble de la France : la moins chère -de 1200 à 1300 ¤/m²- dans 26 % des départements comme l'Ariège, les Vosges, les Ardennes ou la Haute-Marne, celle de 1600 à 1800 ¤/m² dans 30 % des départements (Haut-Rhin, Moselle, Cantal...), de 2000 à 2200 ¤/m² dans 21 % des départements (Nord, Somme, Seine-Maritime...), entre 2600 et 3000 ¤/m² (11 % des départements dont 3 en Ile-de-France). Seuls 7 % des départements dont les Alpes-Martimes ou la Haute-Savoie se situent entre 3400 et 3900 ¤/m² alors que les 5 % restants (plus de 4000 ¤) sont tous des départements franciliens.

Autre constatation de l'Observatoire, «le marché de l'ancien retrouve des couleurs depuis l'automne dernier» souligne son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant