Prix de l'arc de Triomphe : l'antichambre du marché de la saillie

le
0
HIPPISME - Le Figaro a suivi le dernier entrainement des pur-sangs avant le Grand prix de l'Arc de Triomphe qui se courra dimanche à Longchamp et pour lequel les enjeux financiers sont immenses.

Centre d'entrainement de Chantilly, mardi matin. Le soleil se lève à peine au-dessus du brouillard. Une certaine effervescence est perceptible sur le bord des pistes d'entrainement à quatre jours du rendez-vous de l'année: le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe. Même le prince Aga Khan a fait le déplacement pour assister à l'entrainement de son pur-sang Sarafina qui compte parmi les favoris de l'épreuve.

Ce mardi, l'entrainement se fait sur le gazon. «C'est un signal pour le cheval de course, explique Hubert Monzat, le directeur général de France Galop. Quand il voit le gazon, il sait qu'il faut travailler la vitesse».

Des enjeux financiers immenses

La journée du mardi est traditionnellement le dernier travail dur pour les pur-sangs. Les lève-tôt ont pu admirer les chevaux effectuer un galop de chasse, puis un «canter», un galop d'entrainement à vive allure. Mais la course se joue aussi en coulisse.

Les participants ont surtout un ½il vers le ciel et la météo qui

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant