Prix agricoles au G20 : des pistes antivolatilité

le
0
Le rapport rédigé par l'OCDE, la FAO, le FMI et la Banque mondiale avance neuf recommandations. Mais il ne tranche pas sur le rôle controversé de la spéculation financière. Le sujet est renvoyé aux ministres des Finances.

Très attendu, le prérapport sur la volatilité des prix agricoles, dont Le Figaro a obtenu une copie, été remis à la présidence française du G20, en vue de la réunion des ministres de l'Agriculture des 22 et 23 juin. Ce document de synthèse d'une quarantaine de pages coordonné par la FAO et l'OCDE - auquel ont aussi contribué sept autres institutions internationales tels le FMI, la Banque mondiale ou l'OMC - analyse la volatilité des prix actuelle et propose neuf pistes pour y remédier.

«La volatilité des prix agricoles a été plus élevée pendant la décennie des années 2000 que pendant les deux décennies qui l'ont précédée. C'est particulièrement le cas des prix du riz et du blé sur la période 2006-2010», reconnaissent les auteurs du rapport. Mais ils relativisent d'emblée. «Sur le long terme, il n'existe aucune preuve que la volatilité des prix internationaux des matières premières agricoles est en train d'augmenter», assurent les experts.

 

Ef...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant