Privilégier les moyennes capitalisations pour les foncières cotées

le
0
P Tannenbaum
P Tannenbaum

(lerevenu.com) - La démission de Guillaume Poitrinal de la présidence du directoire d'Unibail-Rodamco peut-elle être interprétée comme une crainte que les centres commerciaux puissent affronter, à l'avenir, de sérieuses difficultés ?

Philippe Tannenbaum - Son départ ne peut en tout cas pas être mis sur le compte d'un échec du modèle économique de cette grande foncière. J'y vois plus une expression de son esprit entrepreneurial qui caractérise d'ailleurs Unibail-Rodamco depuis des années. Guillaume Poitrinal a mis en place un management qu'il a jugé compétent pour lui succéder au directoire, ce qui fait qu'il se sent capable de laisser son poste entre de bonnes mains. Je ne vois donc rien de négatif dans cette décision. C'est à mon sens la preuve que l'esprit managérial de cette foncière demeurera. Ma seule réserve est que l'on ne sait pas si le prochain remplaçant de Guillaume Poitrinal [Christophe Cuvillier, actuel directeur général des opérations] conservera une politique de rémunération aussi favorable des actionnaires, et qui s'est caractérisée par une grande régularité du dividende ordinaire et même le versement de dividendes exceptionnels. Grâce à des émissions récentes d'emprunts obligataires, Unibail-Rodamco qui est peu endetté, jouit en tout cas d'une situation financière très saine qui permettrait de poursuivre ces bonnes habitudes.

Axa Real Estate a publié dernièrement une étude inquiétante sur l'impact du commerce en ligne sur les valeurs locatives du commerce de détail traditionnel. Partagez-vous ce pessimisme ?

Qui peut nier, aujourd'hui, l'émergence du e-commerce ? Pour autant, je ne suis absolument pas convaincu que ce phénomène provoquera une déstabilisation du commerce traditionnel et, en particulier, une chute concomitante de la fréquentation des centres commerciaux. Je crois plutôt à une coexistence de ces deux formes de commerce de détail, au fur et à mesure que les consommateurs trouveront des modalités d'utilisation plus sophistiquées qu'on ne peut l'imaginer aujourd'hui pour ces deux canaux de distribution. L'évolution des modes de vie aura, à mon avis, davantage de répercussions sur le commerce de détail que la seule popularisation des achats par internet devenus, il est vrai, plus faciles, plus rapides et moins onéreux. Certes, les ménages à faibles revenus utiliseront de plus en plus l'e-commerce pour rechercher les articles de première nécessité les moins chers. Alors que les consommateurs à plus hauts revenus consulteront les sites en ligne davantage pour y trouver des idées d'achat et faire leur choix, selon leurs envies. Cette évolution ne remettra en tout cas pas du tout en cause le commerce de luxe, qu'il soit de centre ville ou de centre commercial.

En Bourse, quel sera le tiercé gagnant des foncières cotées françaises en 2013 ?

Je reste persuadé que les investisseurs internationaux vont faire, cette année, leur véritable retour sur les Bourses européennes et ce quelles que soient les difficultés économiques et financières que connaît encore la zone euro. Néanmoins, il est fort probable que des grandes foncières comme Unibail-Rodamco ou Klépierre qui ont été recherchées en 2012 comme de belles valeurs défensives, le soient moins en 2013, une année qui pourrait être moins adverse au risque. Par conséquent, l'intérêt pour le compartiment des valeurs immobilières devrait privilégier les petites et moyennes capitalisations, certaines encore bien décotées par rapport à leur valeur d'actif net réévalué. Dans cet esprit, je serais ainsi plus tenté de recommander trois foncières d'excellente qualité et dont les principaux problèmes ont été résolus. Je pense ainsi à deux foncières de bureaux, Affine et Tour Eiffel, une société dont le refinancement est en train d'être réussi et qui prend un nouveau départ avec une nouvelle équipe dirigeante. Enfin, j'ajouterai Foncière Argan, un titre assez négligé jusqu'à présent, alors que cette société tient ses objectifs dans l'activité de logistique, avec des taux de remplissage de ses locaux de 100% pour une clientèle d'entreprises de première qualité.

Propos recueillis par Alain Chaigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant