Privés de couleurs, les tatoueurs craignent pour leur profession

le
2
Privés de couleurs, les tatoueurs craignent pour leur profession
Privés de couleurs, les tatoueurs craignent pour leur profession

Les tatouages de couleur seront-ils bientôt interdits en France ? Un arrêté déposé le 6 mars 2013 par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pourrait mettre en danger le monde des tatoueurs. Il prévoit d'interdire pas moins de 59 colorants des 153 utilisés dans les encres de tatouage, soupçonnés d'être nocifs. Cette mesure est jugée sans fondement par les professionnels qui demandent sa suppression.

L'arrêté s'appuie sur les inquiétudes du Syndicat national des dermatologues et des vénérologues (SNDV), qui estime que ces pigments contiennent des métaux toxiques et des types d'hydrocarbure, qui accroissent les risques d'infection, d'allergie, et même de cancers.

Principales visées : les couleurs chaudes, tandis que le bleu, le noir, le blanc, le gris ou le vert ne seraient pas concernés. Les tatoueurs ont obtenu un délai jusqu'au 1er janvier 2014, afin que «de nouvelles analyses toxicologiques soient menées sur les pigments incriminés.»

«Ce sont tous les tatoueurs professionnels qui risquent de devoir fermer boutique»

«Neuf encres de couleur sur dix utilisées par les tatoueurs sont concernées par cette interdiction alors qu'aucun problème sanitaire particulier n'a été constaté sur les personnes tatouées», a déploré Grenouille, secrétaire du Syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT). «On nous fait le coup du principe de précaution alors qu'on continue à vendre du tabac cancérigène !», s'insurge le célèbre tatoueur des stars Tin-Tin, également président du SNAT.

«Si l'arrêté est maintenu, ce sont tous les tatoueurs professionnels qui risquent de devoir fermer boutique au profit de tatoueurs clandestins qui officient à domicile et sans aucune précaution sanitaire et qui s'approvisionnent en pigments en Chine mais ne sont jamais inquiétés», a-t-il prévenu, bien décidé à faire reculer le gouvernement. Tin-Tin devait être auditionné mercredi sur le sujet par le député ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 27 nov 2013 à 18:53

    «Si l'arrêté est maintenu, ce sont tous les tatoueurs professionnels qui risquent de devoir fermer boutique au profit de tatoueurs clandestins qui officient à domicile et sans aucune précaution sanitaire et qui s'approvisionnent en pigments en Chine mais ne sont jamais inquiétés»???...IL A COMPLETEMENT RAISON !!!...

  • frk987 le mercredi 27 nov 2013 à 16:46

    Au lieu de tatouer dans la boutique ce sera dans l'arrière boutique et au black de surcroit.