Prisons : comment améliorer la vie de mères détenues avec leur enfant

le
4
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, recommande des suspensions ou aménagements de peine et des libérations conditionnelles pour les mères détenues avec un enfant.

Une soixantaine d'accouchements auraient lieu en prison chaque année, issus de grossesses précédant l'incarcération ou bien survenues pendant la détention (les fameux «bébés parloirs» ou fruits des UVF, unités de vie familiale). Si le sujet est marginal d'un point de vue quantitatif, il retient toute l'attention du contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, qui interpelle le gouvernement français sur le problème qualitatif de cette prise en charge particulière. Pour la deuxième fois, après un premier rapport en 2010, Jean-Marie Delarue tire la sonnette d'alarme, constatant qu'«aucune évolution n'est intervenue en la matière depuis plus de deux ans», dans un avis de cinq pages publié mardi au Journal Officiel.

Au nom de «l'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le mardi 3 sept 2013 à 16:29

    il y a les bébés allocs, maintenant on aura les bébés liberté conditionnelle ... le pire dans cet article: si le père est aussi en taule, il faut faire un "regroupement familial ", la bêtise n'a pas de limite

  • M2766070 le mardi 3 sept 2013 à 15:27

    le bracelet attaché au landau ? non j ai faut ?

  • M3365316 le mardi 3 sept 2013 à 14:44

    toi tu as dû l avoir tôt le passeport

  • LeRaleur le mardi 3 sept 2013 à 13:53

    Ben voyons, avoir un enfant est le passeport pour toutes les ?onneries.