"Prison une étoile": des notes sur internet pour décrire l'univers carcéral

le
0
"Prison une étoile": des notes sur internet pour décrire l'univers carcéral
"Prison une étoile": des notes sur internet pour décrire l'univers carcéral

A la prison Rappahannock, en Virginie, dans l'est des Etats-Unis, "les murs ont sérieusement besoin d'un coup de peinture", raconte Shane S., un ex-détenu s'appropriant les codes d'un site de notations d'hôtels ou de restaurants pour lever une partie du voile sur l'univers carcéral."Et le lit est vraiment inconfortable", poursuit son commentaire, qui sous son apparente légèreté relève d'un geste militant mais aussi pratique pour renseigner les proches et avocats d'autres détenus.Peu d'informations filtrent sur le quotidien des prisons, explique David Fathi de l'ACLU, la plus grande organisation de défense des droits individuels aux Etats-Unis, notant l'absence d'un organisme indépendant pour évaluer l'état des prisons dans le pays.De ce fait, après leur libération ou en missionnant des proches, les détenus profitent des nouveaux outils d'internet, comme les sites Yelp ou Google Review, pour décrire les difficultés du quotidien.Pour la prison du comté de Berks en Pennsylvanie (est), Johnny W. n'a coché qu'une étoile sur cinq."Les gardiens peuvent être divisés en deux catégories", raconte-t-il. "Le groupe A sont des personnes que j'ai connues à l'école ou dans la rue. Le groupe B, c'était une race hybride et étrange d'extra-terrestres qui considèrent probablement Hitler comme leur modèle", décrit son commentaire.Mais sa note faible n'exclut pas une ligne positive: "La nourriture, ils la servent vraiment en quantité, j'ai pris quasiment 10 kilos alors que je n'ai passé qu'une centaine de jours dans cette taule!".- Noirceur et dérision -"Toute information qui nous donne une ouverture sur cet univers clos peut être utile", estime David Fathi, qui dirige un projet sur les prisons au sein de l'ACLU."Ces sources informelles peuvent aider à alerter la population sur des problèmes rencontrés dans ces institutions", poursuit-il. Il ignore cependant si ces commentaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant