Prison ferme requise contre "Dodo la saumure" à Lille

le
0
UN AN DE PRISON FERME REQUIS CONTRE "DODO, LA SAUMURE"
UN AN DE PRISON FERME REQUIS CONTRE "DODO, LA SAUMURE"

LILLE (Reuters) - Le parquet de Lille a requis mardi un an de prison ferme à l'encontre de "Dodo la Saumure", gérant de plusieurs "maisons de débauche" en Belgique, poursuivi pour proxénétisme aggravé aux côtés de 13 autres prévenus dans le procès dit du "Carlton".

Le ministère public terminera ses réquisitions mardi par l'ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn, contre qui il avait demandé un non-lieu lors de l'instruction.

"Ce n'est pas un réseau mafieux de proxénétisme qui a été démantelé, mais les pratiques d'un groupe d'amis pour satisfaire des egos, des plaisirs physiques et chacun misait sur la réussite de l'un d'entre eux", a déclaré le procureur Frédéric Fevre, en allusion à "DSK".

L'ancien patron du FMI, soupçonné d'avoir été "l'instigateur" de rencontres avec des prostituées organisées par ses amis entre 2008 et 2011 à Lille, Paris, Bruxelles et Washington, nie avoir été à l'origine des parties fines et dit n'avoir jamais soupçonné la qualité des participantes.

Son audition de deux jours et demi la semaine dernière n'a guère mis à mal sa ligne de défense.

Plusieurs parties civiles ont par ailleurs renoncé lundi à lui réclamer des dommages et intérêts, faute de pouvoir, selon elles, prouver l'infraction de proxénétisme aggravé.

"Chacun est libre de vivre sa sexualité comme il l'entend. Ni le procureur, ni le juge ne peuvent s'ériger en gardien de l'ordre moral", a déclaré mardi Frédéric Fevre.

"DODO LA SAUMURE", "LE BOSS"

"Nous travaillons avec le code pénal, pas avec le code moral", a-t-il ajouté, soulignant que certains prévenus avaient "beaucoup perdu" dans cette affaire.

"La prostitution est une forme de violence, même consentante, la prostituée devient un objet à consommer", a poursuivi le magistrat, relevant dans ce dossier "une absence totale de considération pour les femmes, ravalées au simple rang d'objet de plaisir".

Le ministère public a requis deux ans de prison dont un avec sursis et 10.000 euros d'amende contre Dominique Alderweireld, dit "Dodo la Saumure", en raison notamment de ses nombreuses condamnations et de son rôle jugé central.

"Le boss, c'est lui", a dit le procureur.

Le prévenu a déclaré lors d'une suspension d'audience qu'il contesterait toute condamnation, "même légère".

Le procureur a par ailleurs réclamé quinze mois de prison avec sursis et 2.000 euros d'amende contre René Kojfer, ex-chargé des relations publiques de deux hôtels lillois, vu comme l'"organisateur" et le "sergent recruteur" de la prostitution de la ville, "avec un portefeuille à la place du coeur". 

Entre autres réquisitions, il a également demandé huit mois de prison avec sursis contre deux prévenus appartenant au milieu hôtelier et trois mois avec sursis et 5.000 euros d'amende contre un avocat lillois.

(Pierre Savary, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant