Priorité aux économies pour redresser la Sécu

le
0
INFOGRAPHIE - Pour résorber les déficits abyssaux de la Sécurité sociale, la Cour des comptes suggère de tailler dans les dépenses et de ne surtout pas augmenter les prélèvements.

«Casser la spirale de la dette.» C'est par ces mots forts que Didier Migaud a résumé ce mardi le rapport 2013 sur la Sécurité sociale. «La résorption des déficits est d'une urgence impérieuse et immédiate», a martelé le premier président de la Cour, après douze années des comptes dans le rouge. Si rien n'est fait pour corriger le tir, ce sont pas moins de 72 milliards d'euros de dette supplémentaires qui vont s'accumuler à horizon 2018. Et pas question, cette fois-ci, de boucher les trous en augmentant les cotisations, la CSG ou les taxes en tout genre. L'heure doit être celle de la «pause fiscale» et l'abyssal déficit de la Sécu doit «désormais être résorbé par des économies effectives et fortes sur la dépense et non par la hausse des prélèvements obligatoires».

Après deux ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant