Priorit'air, un outil web pour calculer le niveau de pollution d'un véhicule

le
0
Priorit'air, un outil web pour calculer le niveau de pollution d'un véhicule
Priorit'air, un outil web pour calculer le niveau de pollution d'un véhicule

«Suis-je un gros pollueur ?» Cette question revient de plus en plus souvent, et chez les conducteurs, elle peut peser sur l'achat d'un nouveau véhicule. Malheureusement, les critères à prendre en compte étant nombreux, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver.

Mercredi soir, Ségolène Royal a présenté Priorit'air, un outil informatique qui donne une indication en quelques clics. Il suffit de rentrer des informations figurant sur la carte grise : la date de la première immatriculation, le type de véhicule et le carburant.

Le conducteur se voit alors attribuer des étoiles, de une à cinq, selon le volume de pollution émise, la catégorie 5 étant la moins polluante. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), qui propose cet outil, précise que ces «étoiles» n'ont qu'un caractère indicatif. Priorit'air s'appuie sur un arrêté ministériel de mai 2012, établissant différentes catégories de véhicules selon leur niveau d'émission de polluants.

Accompagner la loi sur la transition énergétique

«Priorit'air» vise à «cibler les véhicules les plus polluants», explique l'Ademe dans un communiqué. «Son objectif est d'aider les particuliers et les professionnels à connaître le niveau de pollution émis par leur véhicule (véhicules particuliers, utilitaires, bus, poids lourds...) pour les inciter à agir sur leurs déplacements et ainsi contribuer à améliorer la qualité de l'air».

Cet outil s'inscrit «en accompagnement du projet de loi sur la transition énergétique», qui prévoit notamment le renouvellement des flottes publiques par des véhicules propres, précise le ministère de l'Ecologie dans un communiqué. A la mi-2015, un bonus écologique pouvant atteindre 10.000 ¤ «aidera les ménages à revenus modestes à remplacer un véhicule diesel ancien par une voiture propre», rappelle-t-il.

En octobre 2013, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé la pollution ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant