Principaux extraits de la conférence de presse de Mario Draghi

le
1

FRANCFORT, 4 décembre (Reuters) - Voici les principaux extraits de la conférence de presse donnée jeudi à Francfort par le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi après la décision de la BCE de laisser ses taux directeurs inchangés. Le taux de refinancement reste fixé à 0,05%, le taux de prêt marginal à 0,30% et celui de la facilité de dépôt à -0,20%. ID:nL6N0TO2JH NECCESSITE D'UN CONSENSUS PAS D'UNE UNANIMITE SUR LE QE "Avons-nous besoin de l'unanimité pour nous engager dans l'assouplissement quantitatif (QE) ou pouvons-nous avoir une majorité? Je pense que nous n'avons pas besoin de l'unanimité. "C'est une mesure de politique monétaire importante, elle peut être conçue, je pense, pour avoir un consensus. Mais nous devons nous souvenir que nous avons un mandat, et, comme je l'ai dit auparavant, nous ne tolérons pas des déviations prolongées par rapport à notre mandat." QE ET MANDAT DE LA BCE "Nous sommes persuadés qu'un QE incluant éventuellement des emprunts souverains est compatible avec notre mandat, ne pas respecter notre mandat serait illégal. EFFET DU QE "L'assouplissement quantitatif (QE) a plusieurs effets. L'un (de ces effets) est d'envoyer un signal montrant la détermination de la banque centrale à maintenir les taux d'intérêt bas pour une période de temps prolongée et la communication avancée en place pour une période de temps prolongée." REEXAMEN AU DEBUT DE L'ANNEE PROCHAINE "Au début de l'an prochain, le Conseil des gouverneurs réévaluera le soutien monétaire engagé, l'expansion du bilan et les perspectives de stabilité des prix, les perspectives d'évolution des prix." CALENDRIER DES PROCHAINES DESCISIONS Prié de dire si la BCE pourrait décider de nouvelles mesures, y compris des achats d'obligations souveraines, dès la prochaine réunion du conseil des gouverneurs, Draghi a répondu : "Vous essayez de manière très intelligente de me faire dire quelle sera la date de nos prochaines décisions et vous n'y parviendrez pas. 'Au début' (de 2015) veut dire 'au début', cela ne veut pas dire la prochaine réunion, cela dépend beaucoup de la manière dont notre évaluation se passera." AUGMENTATION DU BILAN Interrogé sur un changement de terminologie sur le bilan de la BCE, Draghi a dit : "Oui bien sûr, 'prévu' est différent d''attendu'. Ce n'est pas seulement une attente, c'est une intention, ce n'est pas encore un objectif, c'est entre les deux. Cela (le changement de terminologie NDLR) était (approuvé) à une large majorité des membres du Conseil des gouverneurs, mais à l'évidence pas à l'unanimité." DIVERSITE DES INSTRUMENTS NON COVENTIONNELS "Le travail qui a été conduit par les équipes de la BCE et les différents comités concernés est très, très utile parce qu'il a ouvert une discussion très large et très riche sur les différents instruments non conventionnels." COURS DU PETROLE "Les changements qui sont intervenus dans le prix du pétrole sont si significatifs - pensez qu'entre juin et aujourd'hui le prix du pétrole exprimé en euro a chuté de 30% - qu'ils nécessitent une évaluation attentive... Nous devons examiner l'effet direct, l'effet indirect et voir s'il y aura des effets de second tour." UNE INSTABILITE PROLONGEE DES PRIX EST INACCEPTABLE "Que cela soit absolument clair, nous ne tolérerons pas des déviations prolongées par rapport à la stabilité des prix." REPRISE MODESTE "Les dernières données et enquêtes disponibles jusqu'à la fin novembre confirment ce scénario d'un profil de croissance plus faible dans la période à venir. Dans le même temps, la perspective d'une reprise économique modeste reste en place." RISQUES BAISSIERS SUR LA CROISSANCE "Les risques entourant les perspectives économiques pour la zone euro sont orientés à la baisse. En particulier, la faible dynamique de croissance au sein de la zone euro, couplée à des risques géopolitiques élevés, peut affaiblir la confiance et en particulier l'investissement privé." ACCELERATION DES PREPARATIFS "Les équipes de la BCE et les comités concernés de l'Eurosystème ont accéléré les préparatifs techniques en vue de nouvelles mesures, qui pourraient, si besoin, être mises en oeuvre au moment opportun." UNANIMITE SUR DES MESURES ADDITIONNELLES "S'il s'avère nécessaire d'apporter une réponse intensifiée aux risques d'une période trop prolongée d'inflation basse, le Conseil des gouverneurs reste unanime dans sa détermination à utiliser des instruments non conventionnels supplémentaires dans le cadre de son mandat. Cela pourrait impliquer de modifier au début de l'année prochaine la taille, le rythme et la composition de nos mesures." LES MESURES AURONT UN IMPACT IMPORTANT "Nos mesures auront un impact important sur notre bilan, dont il est attendu qu'il se rapproche des dimensions qui étaient les siennes au début de 2012." (Bureau de Francfort, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 1REK1 le jeudi 4 déc 2014 à 15:49

    Conclusion : le bilan est nul, parce que Draghi est un MarioL ! Sauf pour ceux qui sont en short et qui vont bien se goinfrer comme dab !Comment peut-on croire qu'un ex banquier de GS peut viser autre chose que le bénéfice de la finance qui l'a formé et nourri !

Partenaires Taux