Primes en liquide : les gardes à vue de Gaudin et Guéant levées

le
2
Primes en liquide : les gardes à vue de Gaudin et Guéant levées
Primes en liquide : les gardes à vue de Gaudin et Guéant levées

La garde à vue de Claude Guéant a été levée, a annoncé son avocat mardi vers 23h30. Elle «s'est déroulée dans des conditions classiques» et l'ancien ministre de l'Intérieur «a apporté beaucoup de réponses», considérées comme «convaincantes et satisfaisantes», a assuré Me Bouchez El Ghozi à la sortie des locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Claude Guéant «a rappelé qu'il s'était borné» à pallier «les insuffisances des dotations budgétaires des fonctionnaires», a commenté son avocat Philippe Bouchez-El Ghozi. Selon lui, l'ancien ministre «s'émeut de la façon dont il est régulièrement mis en cause» et est ressorti libre, sans mise en examen.

Un peu plus tôt, la garde à vue de l'ancien directeur général de la police nationale (DGPN) Michel Gaudin, lui aussi entendu dans l'enquête sur les primes en liquide versées place Beauvau, avait été levée en fin d'après-midi.

Les deux auditions avaient débuté à 8 heures dans les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Nanterre (Hauts-de-Seine). C'est la première fois en France que deux anciens responsables de la police de ce niveau sont entendus sous ce régime.

«Les mesures de garde à vue, dans le cadre desquelles les droits de la défense sont préservés, ont été prises au regard des nécessités de l'enquête préliminaire, qui se poursuit, concernant des suspicions de détournement de fonds publics, complicité et recel», avait précisé le parquet de Paris.

Des primes de 10 000 euros par mois

Les faits sur lesquels portent les investigations remontent à la période où l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur. Claude Guéant était alors son directeur de cabinet, avant de le suivre à l'Elysée comme secrétaire général, puis de devenir ministre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6695204 le mercredi 18 déc 2013 à 08:45

    Ceci étant on vois que malgré toute l'énergie et le temps consommé pour cela ils n'y arrivent pas;D'ailleurs à quoi peuvent ils encore prétendre!Le gal de Gaule en son temps dans un soucis de réconciliation avait renoncé à punir plus sévèrement les putschistes d’Alger.Mais lui était un chef...de guerre et d'état!Ce qu'aucun de nos actuels gouvernants ne sera JAMAIS

  • M6695204 le mercredi 18 déc 2013 à 08:42

    Je demeure sans voix;Quel gouvernement au monde passe sa législature avec pour seul objectif de faire mettre en prison leurs anciens dirigeants .Le pays perd tous les jours des dizaines d'entreprises de contrats d'emplois tel qu'il ne restera bientôt plus rien sinon les libéré de taubirta et les précédents responsables eux en prison.Même à Moscou il ne pratique plus cette politique.Mais cette dernière n'est en tout état de cause que le reflet de l'état mentale des frustrations du nain et sa cie