Primaires : « Les longs monologues de 2006 sont à éviter »

le
0

Président de Terra Nova, l'un des principaux clubs de réflexion de gauche, Olivier Ferrand est l'un des initiateurs des primaires à la française.

Des primaires sans débats seraient-elles démocratiques ?

OLIVIER FERRAND. Je plaide pour cela. C'est utile pour la démocratie : les primaires, ce n'est pas simplement un concours de vaches limousines, c'est aussi le choix d'une ligne politique. Bien sûr, tous les candidats appartiennent au même espace politique, mais il existe des différences : la politique économique de Manuel Valls n'est pas la politique de démondialisation d'Arnaud Montebourg.

Certains craignent des dérapages qu'entraîneraient des débats contradictoires...

On peut comprendre cette crainte. Mais plus les candidats débattent du fond, plus ils saturent l'espace médiatique et politique, et moins ils risquent la guerre des petites phrases. Pour l'heure, la campagne se passe très bien. Tous ont intérêt à ce que les primaires soient un succès.

Le risque n'est-il pas d'offrir à l'UMP des arguments contre le candidat PS désigné lors de la campagne présidentielle ?

C'est un argument recevable. Mais l'exemple américain montre que les débats des primaires permettent d'évacuer des attaques qui ne pourront pas être utilisées ensuite dans la campagne. Les primaires permettent de les éventer et de crever l'abcès.

Alors pourquoi est-ce si difficile de se mettre d'accord sur les modalités de ces débats ?

Tout simplement parce que c'est la première fois qu'en France des primaires ouvertes à tous les électeurs qui le souhaitent sont organisées. Autant les Américains sont rodés à ce genre d'exercice, autant pour les socialistes c'est une découverte. Il y a deux options : soit des débats individuels où le candidat est seul confronté à des experts et des journalistes, soit des débats à plusieurs pour leur permettre de se confronter. Quelle que soit la formule ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant