Primaires : le plus dur reste à faire pour le PS

le
0
Coût d'organisation, définition du corps électoral, risques de contestations et de fraudes... Les primaires, destinées à mobiliser des millions de citoyens, représentent un vrai casse-tête pour les socialistes

Désormais, tout commence pour le PS. Maintenant que les socialistes ont fixé les dates des primaires, le plus dur reste à faire pour les organiser. Dans les couloirs de Solferino, les équipes du parti sont soulagées de connaître le calendrier. «On va enfin pouvoir travailler», soufflait-on ce mardi. Car le chantier est immense. Et soulève une multitude de détails techniques aussi complexes à appréhender que difficiles à régler. L'organisation des bureaux de vote par exemple: combien y en aura-t-il et combien faudra-t-il de personnes pour les tenir? Les fédérations socialistes n'ont pas encore terminé leur cartographie. Celle-ci s'avérera pourtant indispensable pour, ensuite, établir le découpage électoral.

Et puis, qui votera? Moyennant une participation minimale d'un euro et la signature d'un texte d'adhésion aux valeurs de la gauche, tous les inscrits sur les listes électorales pourront participer au scrutin. Mais que faire des jeunes de 16 à 18 ans? Non inscri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant