Primaires américaines : Sanders joue sa dernière carte à New York, Trump espère un rebond

le
0
Le candidat Bernie Sanders, I-Vt durant un discours au Hunters Point Park, dans le Queens à New York le 18 avril 2016.
Le candidat Bernie Sanders, I-Vt durant un discours au Hunters Point Park, dans le Queens à New York le 18 avril 2016.

Pour la primaire de l’Etat de New York, Bernie Sanders ne peut compter sur le vote des électeurs indépendants. Donald Trump s’inquiète de ne pas atteindre la majorité absolue de 1 237 délégués qui lui assurerait l’investiture du parti.

Bernie Sanders joue probablement la dernière carte de ses ambitions présidentielles lors de la primaire démocrate de l’Etat de New York, mardi 19 avril. Deux cent quatre-vingt-onze délégués démocrates (dont 44 super-délégués) seront attribués à New York lors de cette primaire fermée (ce détail a son importance).

Et qu’importe sa cote de popularité – la meilleure de tous les candidats selon un sondage The Economist/YouGou [question 6 page 11] – dans tous les blocs d’électeurs : les primaires se déroulent Etat après Etat. Idem pour l’élection de novembre.

Une moyenne des derniers sondages donne à Hillary Clinton, l’ancienne sénatrice de New York, 12,5 points d’avance sur Bernie Sanders, à 53,5 % des intentions de vote contre 41 % dans l’Etat de New York, selon RealclearPolitics.

Désespérant pour le camp Sanders et les commentateurs de la course, FiveThirtyEight, le site d’analyse de sondages de Nate Silver, estime qu’elle a 98 % de chance de remporter la primaire. Le site explique que Hillary Clinton remporte des victoires dans les primaires et les caucus là où la démographie mime celle du Parti démocrate. L’Etat de New York entre dans cette catégorie.

Les « libéraux blancs » qui résident dans l’Upper West Side, Chelsea et une partie de Brooklyn sont acquis à Hillary Clinton, prédit le New York Times. Le centre de Brooklyn et le sud du Queens où réside l’électorat afro-américain devraient aussi soutenir l’ancienne secrétaire d’Etat. En 2008, face à Barack Obama, elle avai...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant