Primaires américaines : Kasich jette l'éponge, Trump sera le candidat républicain

le , mis à jour le
0

Donald Trump n'a officiellement plus d'adversaire dans la course à l'investiture républicaine pour la Maison Blanche mercredi après le retrait officiel du gouverneur de l'Ohio, John Kasich.

Alors que je suspends ma campagne aujourd'hui, j'ai la conviction, une foi plus profonde, que le Seigneur me guidera sur le bon chemin», a déclaré John Kasich à Columbus, confirmant des informations de médias américains plus tôt dans la journée. Son abandon suit de moins de 24 heures celui du sénateur du Texas Ted Cruz, après la large victoire de Donald Trump à la primaire de l'Indiana mardi.

La route est donc complètement dégagée pour Donald Trump. Vainqueur dans la nuit de mardi à mercredi de la primaire républicaine dans l'Indiana, le milliardaire se retrouve sans adversaire à la fin de la journée. Après l'abandon de Ted Cruz, son principal concurrent, John Kasich a déclaré forfait à Columbus, la capitale de son Etat. Il était censé passer la journée autour de Washington pour lever des fonds, mais a annulé au dernier moment un point presse à 17 heures (heures locales) prévu à l'aéroport de la capitale américaine.

Kasich n'a enregistré qu'une seule victoire à domicile

Le gouverneur de l'Ohio avait pourtant répété mardi, par la voix de son directeur de campagne, qu'il resterait en course jusqu'à la convention républicaine de Cleveland, en juillet. L'objectif était de tenter de ravir l'investiture à Donald Trump par une hypothétique convention «ouverte», au cas où le magnat de l'immobilier n'obtiendrait pas les 1237 délégués nécessaires. «Tant que cela reste possible, le gouverneur Kasich se battra», avait déclaré John Weaver dans un communiqué. «Le gouverneur Kasich continuera à faire campagne pour donner un vrai choix aux électeurs».

Mais les faits sont là et sont têtus. John Kasich est bon dernier des primaires. Depuis le début de sa campagne, il n'a enregistré qu'une seule victoire et c'était... ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant