Primaires américaines : des nazis sur une affiche de Donald Trump

le
0
Primaires américaines : des nazis sur une affiche de Donald Trump
Primaires américaines : des nazis sur une affiche de Donald Trump

L'embarrassant prétendant républicain continue de faire des siennes. Mardi— juillet , Donald Trump a commis une nouvelle gaffe en twittant une image de campagne censée célébrer la grandeur des Etats Unis d'Amérique. Son visage apparait sur fond de bannière étoilée, au coté de la Maison blanche et de soldats en mission. Seulement voilà, comme repéré par plusieurs internautes, les hommes en bas de l'image ne sont pas des soldats américains, mais des soldats nazis. Sans surprise, le tweet d'origine a été rapidement effacé. Mais sur la toile, rien ne disparaît vraiment. 

Found @realDonaldTrump's german soldier stock image here (searched "world war II soldiers")

http://t.co/GKkcNTUKpm pic.twitter.com/ysWGeePZIr— Reed F. Richardson (@reedfrich)— Juillet 2015

Dans l'impossibilité de nier la gaffe, l'équipe de campagne de Donald Trump a finalement accusé un stagiaire de l'erreur, comme le rapporte le Washington Post : «M. Trump a passé la journée à Charlottesville en Virginie. Un jeune stagiaire a créé et posté l'image et n'a pas remarqué les images à peine visibles incrustées dans le drapeau. Le stagiaire s'est excusé et a immédiatement supprimé le tweet.»

Trump campaign responds: An intern did it. pic.twitter.com/oZBJAtwffl— Eric Geller (@ericgeller)— Juillet 2015

La stratégie de la provocation

Donald Trump n'en est pas à son premier dérapage. Lors de son discours de candidature à la primaire Républicaine pour l'élection présidentielle de 2016, il avait tenu des propos particulièrement offensant envers les immigrés mexicains : «Lorsque le Mexique nous envoie son peuple, il n'envoie pas les meilleurs. Ils envoient des gens qui ont de nombreux problèmes... Ils amènent la drogue et le crime. Ce sont des violeurs.» Ces déclarations avaient enflammé journalistes et politiques pendant de nombreuses semaines, et le magnat des affaires avait vainement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant