Primaires à l'UMP : Eric Ciotti met en garde Nicolas Sarkozy

le
0
Primaires à l'UMP : Eric Ciotti met en garde Nicolas Sarkozy
Primaires à l'UMP : Eric Ciotti met en garde Nicolas Sarkozy

Eric Ciotti, un sarkozyste devenu filloniste. Le député UMP des Alpes-Maritimes avait dirigé la campagne de François Fillon pour la présidence de l'UMP l'an dernier, sans se fâcher avec Nicolas Sarkozy. En janvier, il était allé plus loin en estimant que «le match se jouerait entre Sarkozy et Fillon» pour 2017, et qu'il soutenait Fillon, tout en se disant «être sarkozyste dans le bilan et l'amitié».

Cette fois, Eric Ciotti prend nettement ses distances avec l'ancien président. Alors que les sarkozystes estiment qu'une primaire est inutile pour désigner le candidat à la présidence de la République en 2017 si Nicolas Sarkozy s'empare du parti, Eric Ciotti défend ce dimanche que «l'autoproclamation ne peut fonctionner», dans une interview au Journal du dimanche.

Face aux indices - de plus en plus gros - disséminés par Nicolas Sarkozy sur ses intentions de retour, le spécialiste des questions de sécurité à l'UMP assure qu'«iIl faut à tout prix préserver les primaires». Selon lui, «elles constituent la seule garantie d'une unicité de candidature au premier tour de la prochaine présidentielle».

«Choisissons le meilleur»

Et ce proche de François Fillon d'argumenter: «Compte tenu du niveau atteint par Marine Le Pen, si nous n'allons pas unis en 2017, nous courons un immense risque. Seule la primaire peut éviter le bal des ambitions, dans une compétition transparente, avec des règles du jeu claires. (...) Choisissons le meilleur et soyons tous derrière lui.»

Selon Eric Ciotti, «tous ceux qui porteraient atteinte aux primaires feraient courir un risque suicidaire à l'opposition et nous priveraient d'une victoire certaine». Un message à peine voilé aux partisans de Nicolas Sarkozy qui récusent ce processus, pourtant désormais inscrits dans les statuts du parti. Et de rappeler, non sans ironie, que «Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il ne ferait plus de politique politicienne. Que ce qui l'intéressait, c'était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant