Primaire UMP : Bayrou dément avoir pronostiqué que Sarkozy battrait Juppé

le
0
Primaire UMP : Bayrou dément avoir pronostiqué que Sarkozy battrait Juppé
Primaire UMP : Bayrou dément avoir pronostiqué que Sarkozy battrait Juppé

Malentendu ? Rétropédalage ? Selon le Nouvel Observateur, le président du MoDem, évoquant les possibilités d'alliance avec la droite républicaine en 2017 avant l'élection présidentielle, penserait que Nicolas Sarkozy «battra» Alain Juppé lors des primaires. Et, dans ce cas, il se sentirait «libre» puisqu'il n'y a qu'au maire de Bordeaux que le maire de Pau a promis son soutien. 

Faux, a démenti Bayrou dans la matinée. Non seulement, il n'a jamais pronostiqué la défaite de Juppé, qui a déjà déclaré sa candidature, face à Sarkozy, mais en plus, déclare-t-il à l'AFP, «il n'y a pas d'accord» entre Juppé et lui. Même si Bayrou voue «estime» et «affection» à l'ancien Premier ministre. «Alain Juppé est pour moi l'homme de la situation actuelle, un homme qui ne représente pas un camp mais beaucoup d'espoir, au delà des appareils de l'opposition», argumente-t-il. «Je lui apporte ma solidarité, mon amitié et mon soutien, comme une bonne partie de l'opinion», enchaîne-t-il encore. 

«J'ai exprimé depuis longtemps mes réserves et interrogations sur le mécanisme des primaires de la droite et du centre», poursuit François Bayrou auprès de l'AFP. Selon lui, «la primaire, en mobilisant le noyau dur militant d'un camp fait courir le risque de sélectionner le candidat le plus éloigné de la modération et du rassemblement nécessaire». Et le dirigeant centriste d'ajouter : «Ce risque dans la situation actuelle du pays me paraît à craindre». François Bayrou assure toutefois ne faire «aucun pronostic certain». «Je peux craindre (ce scenario) mais je ne le crois pas», ajoute-t-il.

En mars dernier, Bayrou annonçait la couleur de ce qu'on a appelé, depuis, le «pacte d'Aquitaine» :  « Je n'envisage pas de me présenter, ni à la présidentielle en 2017, ni aux législatives, ni aux européennes... Je pense que dans la situation du pays, il va falloir des regroupements d'intérêt national, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant