Primaire UMP à Paris : Copé appelle les candidats à garder leur sang-froid

le
1
Primaire UMP à Paris : Copé appelle les candidats à garder leur sang-froid
Primaire UMP à Paris : Copé appelle les candidats à garder leur sang-froid

Alors que le premier jour de scrutin de la primaire UMP à Paris a tourné au fiasco vendredi, le président de l'UMP Jean-François Copé a appelé dans la soirée tous les candidats «à faire preuve de modération et de sang-froid». Quelques heures plus tôt, un des quatre candidats, Pierre-Yves Bournazel, avait demandé la «suspension» du scrutin en raison d'un système de vote «défaillant».

«La compétition est légitime, mais elle doit avoir lieu dans le respect des uns et des autres, sous le contrôle de la haute autorité présidée par Antoine Rufenacht», a cherché à temporiser Jean-François Copé dans un communiqué. Une réunion du conseil supérieur de la primaire UMP, instance chargée de superviser le processus électoral, doit par ailleurs se tenir à 16 heures samedi, avec tous les candidats .

En outre, le président de l'UMP a «souhaité que tous les électeurs puissent voter en conscience, dans un climat serein» lors de ce scrutin qui sera clos lundi à 19 heures. «Cette primaire doit permettre d'enclencher une dynamique positive afin que celui ou celle qui sera désigné pour représenter l'UMP puisse l'emporter à Paris», a-t-il conclu.

D'autres personnalités de l'UMP se sont également exaspérées de ce coup de théâtre à l'image du député de Paris Bernard Debré. Ce soutien de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui devance ses trois adversaires dans tous les sondages, a toutefois reconnu qu'il n'était pas très simple de voter. Mais il a jugé sur I>Télé que Pierre-Yves Bournazel était «en train de briser l'image de l'UMP». «Il en porte une très lourde responsabilité» a-t-il affirmé. «On a été assez ridicule la dernière fois, on ne va pas recommencer» a-t-il encore réagit. Allusion à la bataille Copé/Fillon lors des primaires de novembre dernier pour la présidence du parti.

VIDEO. Bournazel est en train de «briser l'UMP», pour Bernard Debré

«Que l'on en finisse vite» avec cette...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9035148 le vendredi 31 mai 2013 à 23:27

    Copé ,comment peut-il arbitrer lui le fraudeur?