Primaire :Trump, Bachar, Bruxelles? et moi, et moi et moi

le , mis à jour à 00:44
1
Donald Trump hors d'oeuvre copieux de ce troisième et dernier débat d'avant premier tour.
Donald Trump hors d'oeuvre copieux de ce troisième et dernier débat d'avant premier tour.

Ils ne le disent pas comme ça mais les sept candidats à la primaire de la droite rêvent tous de serrer la main du nouveau président américain élu il y a moins de dix jours. Et pour cause : si ils croisent Donald Trump, cela voudra dire qu'ils ont été élus à la présidence française.

Si Jean-Frédéric Poisson est le seul à se réjouir ouvertement de l'élection de Donald Trump (il souhaitait sa victoire plus que celle d'Hillary Clinton), les autres candidats restent très prudents sur la façon dont ils se voient travailler avec lui sur le mode : « attendons de voir ce qu'il fait » (Juppé) ou « il y a le temps de la campagne et le temps de l'exercice du pouvoir » (Fillon).

Hormis Poisson, aucun des candidats n'envisage de faire de cadeau à Donald Trump. « Face à la menace protectionniste venue des Etats-Unis, l'Europe doit défendre ses intérêts » (Juppé). « Il faudra avoir avec lui des rapports francs et équilibrés » (Fillon). Nicolas Sarkozy a même fait un rêve : « cette élection aux Etats-Unis doit permettre le retour de la France et de l'Europe sur le devant de la scène mondiale. Cette élection peut mettre fin à cette nouvelle guerre froide avec la Russie mais elle doit aussi permettre à la France de retrouver sa voix à l'international. » Seule NKM a rappelé « les propos détestables de ce président vis à vis des femmes » avec lequel « il va bien falloir quand même falloir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Fawkes il y a 3 semaines

    Juppé et toute la clique confirme que le protectionnisme est un gros mot. Il y a 2 solutions pour retrouver de l'emploi en France. Soit on fait un peu de protectionnisme, soit on libéralise le marché du travail pour aller vers le modèle chinois... Et comme les traités européens interdisent le protectionnisme...