Primaire socialiste : la subtile bataille des parrainages

le
0
Le dépôt des candidatures s'ouvre mardi et se terminera le 13 juillet.

On ne sait pas si ça compte, mais c'est toujours mieux que de ne pas en avoir. Les présidentiables du PS engrangent les soutiens d'élus. Alors que le dépôt des candidatures à la primaire s'ouvre mardi, les socialistes commencent à choisir leur camp: Hollande ou Aubry, l'un des deux favoris? Royal, la précédente candidate? Ou un outsider? Ceux qui hésitent ont un problème: le jeu est ouvert et ils ne savent pas qui va l'emporter.

La course aux soutiens est un exercice paradoxal. Accumuler des soutiens est essentiel pour mener bataille. Mais l'opinion se méfiant de l'appareil politique, il n'est pas bien vu de multiplier les appels d'élus. Etre soutenu par le parti n'est pas un gage de réussite. En 1995, Henri Emmanuelli avait échoué face à Lionel Jospin alors qu'il était premier secrétaire. En 2006, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius, malgré leurs réseaux d'élus, avaient été balayés par Ségolène Royal qui n'avait pas de troupes. Alors François Hollande,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant