Primaire : Juppé veut « mettre toute la gomme » pour le second tour

le
0
Alain Juppé, le 21 novembre à Paris.
Alain Juppé, le 21 novembre à Paris.

Pour tenter de combler son retard, le maire de Bordeaux entend dénoncer le projet économique ultralibéral de François Fillon, ressusciter l’antisarkozysme et miser sur le débat télévisé de jeudi soir.

Tout donner pour renverser la vapeur. Alain Juppé a décidé de mener une campagne offensive dans l’entre deux tours de la primaire de la droite, dans l’espoir de combler son retard sur François Fillon. « Je me lance à fond dans cette campagne du second tour », a-t-il déclaré, lundi 21 novembre au « 20 heures » de France 2, promettant de « mettre toute la gomme ».

Le maire de Bordeaux (Les Républicains) n’a pas vraiment d’autre choix s’il veut garder une chance de s’imposer dimanche 27 novembre. La veille, celui qui a été longtemps le favori des sondages a finalement terminé deuxième, près de seize points derrière François Fillon (28,5 % contre 44,1 %).

Après l’annonce des résultats, la première réaction de son équipe a été l’incrédulité et la stupéfaction. « Personne ne peut expliquer ce qu’il s’est passé. Prendre trente points en trois semaines, c’est du jamais vu », témoigne un proche du candidat. Ce matin, après une courte nuit, les juppéistes ont relevé la tête. « On se battra jusqu’au bout. On s’est dit qu’on n’allait pas laisser une seule droite s’exprimer. Il y a de la place dans le pays pour une autre droite. »

Même s’il est nettement à la traîne, M. Juppé a affiché sa détermination dès dimanche soir, en affirmant vouloir « continuer le combat ». La stratégie pour les six derniers jours de campagne a été calée lors d’une réunion stratégique avec sa garde rapprochée, lundi.

Médias à haute dose Premier objectif : remotiver les troupes, après la claque d’hier soir. ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant