Primaire de la gauche : et si la fusée se transformait en galère ?

le
0
Pour l'heure; la dynamique semble favorable aux candidats qui ont passé outre cette primaire, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. 
Pour l'heure; la dynamique semble favorable aux candidats qui ont passé outre cette primaire, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. 

Nous n'en sommes encore qu'aux hypothèses, mais elles s'annoncent moroses pour Manuel Valls et Solférino. Que se passera-t-il si le candidat désigné par le scrutin de janvier ne parvient pas à distancer Emmanuel Macron dans les sondages ? Qui serait responsable d'un probable 21 avril ? Et quid d'une faible participation à la primaire du 22 janvier ? De quelle dynamique disposera le candidat désigné par de maigres troupes de sympathisants ? Et au terme d'une campagne éclair d'à peine quelques semaines ? Les éditorialistes reviennent sur ce scrutin conçu pour asseoir la légitimité d'un candidat et qui pourrait tourner au fiasco pour les socialistes.

Premier problème souligné par Olivier Pirot dans La Nouvelle République du Centre-Ouest : les délais, extrêmement courts. « Dans quel état de forme vont arriver les candidats de la primaire de la gauche ce jeudi pour ce premier débat ? Quatre débats en quinze jours, deux tours d'élections que les protagonistes aborderont en ayant déjà aligné les meetings, les réunions publiques, les plateaux télés et les émissions de radio. Le tout dans un temps très restreint [...] Avant le premier tour de la primaire de la droite, il s'était écoulé quasiment un mois entre le 1er et le 3e débat. De quoi prendre le temps de digérer et d'observer la montée en puissance de François Fillon. Cette fois-ci [...], on peut se demander ce qu'au final les électeurs retiendront du processus de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant