Primaire de la droite : «Non à l'austérité de droite !», lance Geoffroy Didier

le
13

VICE-PRÉSIDENT LR de la région Ile-de-France, Geoffroy Didier dévoile ses propositions économiques ce mardi. Il critique le libéralisme de ses aînés.

 

Retraite à 65 ans, plus de 100 milliards d’économies : Alain Juppé ou François Fillon nous promettent un tour de vis !

GEOFFROY  DIDIER. Si François Hollande est battu et qu’une nouvelle majorité arrive au pouvoir, ce ne doit pas être pour passer d’une austérité de gauche à une austérité de droite. Mes concurrents, qui pensent convaincre les Français en leur proposant une baisse insensée de la dépense publique, se trompent. A réduire trop brutalement la dépense, ils vont finir par empêcher le retour de la croissance et casser des services publics. Si les dépenses doivent être rationalisées, certaines méritent d’être préservées, parfois même augmentées. L’Etat est trop là quand on n’en a pas besoin et rarement là quand il est nécessaire. Je suis pour remettre l’Etat à sa juste place.

 

Votre parti accuse la gauche d’avoir laissé filer les dépenses…

François Hollande a abusé de la dépense publique de fonctionnement. Je pense, au contraire, que c’est en dépensant pour investir que l’on crée de l’emploi et que l’on réduira les déficits. En Ile-de-France, avec Valérie Pécresse, nous osons investir pour les transports, les lycées, la construction. Je propose de sortir de l’austérité par le haut.

 

Comment, concrètement ?

D’abord, il n’est pas question pour moi d’augmenter les impôts. Je prévois de supprimer l’ISF. Soyons plus rigoureux en arrêtant l’absentéisme de certains fonctionnaires, notamment dans les collectivités locales. Je veux aussi limiter les allocations à 75 % du smic pour que le travail paie toujours mieux que l’inactivité. En revanche, assumons d’investir davantage dans des domaines où l’Etat est essentiel. Dans la sécurité, car la droite a eu tort de diminuer le nombre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7181650 il y a 6 mois

    G Didier est donc socialiste.... Bon à savoir... Je m'en souviendrai.

  • sibile il y a 6 mois

    il faudrait déjà avoir de quoi payer les frais de fonctionnement avant de parler d'investir avec l'argent de nos impôts .....

  • dsta il y a 6 mois

    Monsieur qui pense avoir un costume de présidentiable.... roule à gauche...?

  • M5062559 il y a 6 mois

    Une règle économique à ne pas oublier, à chaque fois qu’on embauche un fonctionnaire on supprime 1,5 à 2 emplois du secteur privé. Si on inverse cette règle cela devient, à chaque fois que l’on supprime un fonctionnaire, on crée 1,5 à 2 emplois dans le secteur privé.

  • M5062559 il y a 6 mois

    Il sûr que les partis traditionnels, sans parler des extrêmes de droite comme de gauche, ont un logiciel qui font promesses sur promesses au peuple et essaie de faire grossir le nombre de planques pour leur apparatchik ou alliés syndicaux. Mais si on observe, avec objectivité, tous les gisements de dépenses qui ne sont pas régalien et qui sont notoirement improductifs, les 170 voire 200 milliards sont rapidement à portée de mains. Cela commence par la suppression du sénat et du cese, etc ....

  • M5062559 il y a 6 mois

    phili646. les uns disent 70 d'autres 100 voire 150 milliards. ce qui est sûr est que si on veut faire dans la moyenne européenne, la France devrait avoir un budget de l'état aux alentours de 47% du PIB. Du temps du général on était à 30% et il lui semblait que c'était un bon équilibre entre étatisme et secteur privé. Bref avec seulement 47% de dépenses du PIB, il faut faire 210 milliards d'économie. si on veur être au niveau de l’Allemagne c'est 260 milliards.

  • phili646 il y a 6 mois

    François Bayrou en 2007 annonçait déjà la couleur sur les déficits et les mesures qui devaient être prises . A t'il été élu !!! Conclusion, tout dire n'est pas un gage d'éligibilité !!!! A bon entendeur salut !!!

  • dbourge4 il y a 6 mois

    Ceci est un broyage des pratiques existantes. L'état doit avoir des idées directrices et stratégiques générales et accompagner les talents qui peuvent contribuer à la réussite. Mais quand on attend des grands axes stratégiques en faisant de la concertation de bas niveau dans les salons de l'Elysée, on obtient ce qu'on constate aujourd'hui

  • phili646 il y a 6 mois

    Fillon propose 100 milliards d'économies, si ce chiffre est très élevé c'est peut être parce que pendant 5 ans il a laisser filer les déficits. N'ayant pas le courage politique de s'opposer au petit nerveux !!!!

  • phili646 il y a 6 mois

    Pendant des décennies nous avons eu droit au "demain on rase gratis" la nouvelle tendance aujourd'hui est à celui qui fera de la surenchère dans le moins disant social. Imaginer Marine Le Pen devant un bandit manchot et qui décroche le jackpot !!!!