Primaire de la droite : faut-il (encore) brûler le collège unique ?

le
0
Instauré en 1975, le collège unique devait accueillir tous les élèves de la 6e à la 3e et leur proposer le même enseignement. Un idéal sérieusement écorné.
Instauré en 1975, le collège unique devait accueillir tous les élèves de la 6e à la 3e et leur proposer le même enseignement. Un idéal sérieusement écorné.

Haro sur le collège unique ! Voilà l'idée phare de Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson et Bruno Le Maire pour réformer l'éducation. Ce n'est pas la première fois que le collège unique est critiqué par la droite. Pourtant, il a déjà pris pas mal de plomb dans l'aile. Un rapide examen historique montre que la droite n'a eu de cesse de vouloir démonter ce collège, qui permet à tous les jeunes de suivre un même enseignement jusqu'à la classe de troisième. Un cursus unique instauré en 1977 par un ministre de droite, René Haby, comme ne se sont pas privés de le rappeler Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy, lors du troisième et dernier débat avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre, dimanche.

Dès 1993, le ministre de l'Éducation François Bayrou lance la formule assassine « collège unique, collège inique », et veut « passer du collège pour tous au collège pour chacun ». Mais malgré la consultation du Conseil national des programmes (CNP), censé retravailler et alléger les programmes, la réforme radicale annoncée avec la loi de 1994 fait chou blanc : le collège unique reste tel qu'il est.

Des options de découverte professionnelle

Après une cure d'opposition, la droite est de retour au ministère de l'Éducation nationale avec Luc Ferry, qui expérimente dès 2003 des « classes de découverte des métiers ». En...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant