Primaire américaine : Trump boude le débat des républicains

le
0
Primaire américaine : Trump boude le débat des républicains
Primaire américaine : Trump boude le débat des républicains

Donald Trump n'a pas participé jeudi soir au débat des candidats à la primaire des Républicains. Officiellement, le favori des sondages ne boudait pas, puisqu'il participait à une soirée de levée de fonds au profit des anciens combattants. Mais, il y a quelques jours, le candidat milliardaire avait expliqué ne pas vouloir se rendre au débat organisé en Iowa par Fox News en raison d'une question qu'il avait jugée «injuste» lors d'un débat précédent. Il visait la journaliste de la chaîne Megyn Kelly. Le vote dans l'Iowa a lieu lundi prochain.

Lors de la soirée avec les anciens combattants, Donald Trump a fait plusieurs allusions à l'incident. «Vous devez défendre vos droits, quand vous êtes maltraité, vous devez vous défendre», a-t-il crâné au tout début de son allocution devant quelques dizaines d'anciens combattants, en référence à l'incident avec Megyn Kelly.

«Fox a été extrêmement gentil avec moi ces dernières heures, ils voulaient vraiment que je sois là (au débat). Ils m'ont encore appelé il y a quelques minutes: pouvez-vous venir ?» s'est-il amusé.

«Fox a été très gentil»

Fier de son coup d'éclat, Donald Trump a, comme à son habitude, mis en avant sa réussite personnelle plus qu'il n'a évoqué son programme pour le pays - ou pour les anciens combattants. «Regardez toutes ces caméras, c'est comme aux Oscars ! On m'a dit qu'on avait en fait beaucoup plus de caméras qu'ils n'en ont», a-t-il ironisé. «Fox a été très gentil, ils se sont excusés et tout, mais comme j'avais commencé à organiser cette soirée pour vous, anciens combattants, je ne pouvais plus revenir en arrière».

Le candidat, habitué des coups d'éclat et des polémiques, s'en prend régulièrement à la journaliste Megyn Kelly. Tout a commencé le 6 août, lors du premer débat retransmis sur Fox News. Megyn Kelly l'interroge alors sur ses fréquentes déclarations misogynes et lui demande si cela correspond «au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant